visite de la délégation chinoise Patrimoine rural et développement durable

实地考察乡村遗产和可持续发展研究成果

山东省领导现场观摩乡村遗产和可持续发展研究成果           2015年11月12日和13日,在法中国际协会的组织和陪同下,山东省住房和城乡建设厅巡视员耿庆海先生,和五位同事来到布列塔尼调研:如何以可持续发展的眼光来保护和发展自然文化遗产和建筑遗址,也对中国济南,烟台,威海三个城市做了介绍。   11月12日普瓦莱(Poilley)政府前,山东乡村遗产和可持续发展访问团和当地民选代表 : 路维尼(Louvigné)区长路易·博泰尔(Louis Pautrel),普瓦莱(Poilley)市长杰哈·巴赫伯带特( Gérard Barbedette),  莫雷(Mellé)市长戴海兹·蒂莱克(Thérèse Tylek), 和布列塔尼公共土地管理处负责人尼尔·居埃夫(Daniel Cueff)先生。   交流研讨项目由法中国际协会组织及协作         法中国际协会副主席,交流处负责人Évelyne Ollivier-Lorphelin女士组织了此次访问,通过同路维尼(Louvigné)和朗古埃(Langouët)地区民选代表的交流,她给此次中国访问团提供了布列塔尼两个典型的成功案例:         1 : 路维尼(Louvigné)地区成功的乡村发展经验:此地区如何结合经济建设和可持续发展战略?路易·博泰尔    (Louis Pautrel),路维尼(Louvigné)区长及民选代表向我们介绍了普瓦莱(Poilley)和莫雷(Mellé)村庄。         2:朗古埃(Langouët)市长丹尼尔·居埃夫(Daniel Cueff)和民选代表介绍城乡结合部发展的成功经验:15年以来,如何在发展迅速的城乡结合区,秉持可持续发展策略,为居民谋福利?          兼任布列塔尼公用土地管理处负责人的尼尔·居埃夫(Daniel Cueff)认为,所选择的这两个案例可看作是布列塔尼的缩影,也强调到:布列塔尼重建和修复建筑遗址的目的符合文化遗产,经济,社会,旅游和环境的发展需求。     11月12日上午在路维尼(Louvigné)地区 路维尼(Louvigné)参观的精彩瞬间:普瓦莱(Poilley)市的热情接待,普瓦莱(Poilley)食品生产基地 -蘑菇房,莫雷(Mellé)村污水芦苇湿地土地处理站。   莫雷(Mellé)村庄和芦苇污水处理站 莫雷(Mellé)市民选代表和山东省领导亲切讨论  11月12日下午在朗古埃(Langouët)区 … Lire la suite实地考察乡村遗产和可持续发展研究成果

calligraphe, maison, porte temple

布列塔尼可持续发展示范区-乡村及城郊

 

欢迎山东省住房和城乡建设厅领导访问布列塔尼

2015年11月8日,法中国际协会报道 

作者:Évelyne Ollivier-Lorphelin

中国用国土面积的10%,养活世界20%的人口。

        耕种土地和粮食生产能力始终是中国的战略性政策,例如保证务农人员的数量。面对房地产业发展却损害耕地的现象,中国开始控制城市化进程。城市化是不可抑制的趋势,因为他伴有经济发展。肉类消费的增长,饮食习惯的改变都要求耕地不断扩大。中国需要添加两个议题:休假旅游的发展和乡村利益的保护。山东省住房和城乡建设厅领导委托法中国际协会研究,布列塔尼如何保留乡村并使其适应21世纪的发展,如何保护遗产的同时,以可持续发展的理念来推进经济,旅游和文化活动。

 

自然和建筑遗产,保护的关键:赋予土地生机和活力

         2000年,中国开始意识到乡村遗产的价值,研究如何保护他,不再仅仅是修建民俗博物馆1,在橱窗里展示以前的生活,而是探讨保持区域的生机和活力,这才是保护,管理,赋予自然建筑遗产价值的关键。

étudiants chinois des beaux-arts
安徽宏村  Evelyne Ollivier-Lorphelin 2009年5月 摄

 

Sculpture sur bois - Chine ©Evelyne Ollivier-Lorphelin - 2009
安徽宏村木雕  Evelyne Ollivier-Lorphelin  2009摄

        上海同济大学和法国文化部建筑遗产司,在中国西南的贵州省共同创办了 《乡村文化遗产的保护和可持续发展》研讨会。10月份,布列塔尼孔子学院举办了《贵州增冲》的精美展览,法国夏约高等建筑设计研究所学习文化遗产专业的学生也举行了研讨会。10月1日,在雷恩高等建筑学院,我们对中国乡村这一发展趋势做了具体介绍。

        布列塔尼大区的历史,文化,航海还有农业都和山东省有很深的渊源。山东省人口总数约为9690万,是仅次于广东(10590万)的人口大省,作为中国文明发源地之一,孔庙和泰山都位于山东境内。山东也是中国第三富有的省份,在生物技术和健康领域都处于领先水平,海洋和耕地资源也非常丰富。山东和布列塔尼的友好关系已有30年的历史,包括友好城市的缔结,青岛和布海斯(Brest),烟台和坎贝尔(Quimper), 济南和雷恩(Rennes)。

Patrimoine rural, une vie à Mellé
莫雷村生活,布列塔尼乡村遗产  Evelyne Ollivier-Lorphelin 摄

        3月份,法中国际协会和布列塔尼孔子学院召集近300多人在雷恩市政厅开展以“中国小城市”为主题的讨论。研讨会秉承可持续发展理念,以及法中国际协会成员长久以来的信心,探讨了这次访问希望了解到的:我们如何保护乡村并使其适应21世纪的发展。不到1个月第21届联合国气候变化大会将在巴黎召开,前几天法国总统访华,希望同中国一起应对全球变暖问题,此次山东高层领导到法国布列塔尼的访问对于我们大区来说也是合作的推进。

 

布列塔尼遗产修复和重建的目标

 布列塔尼修复和重建文化遗产的目标,主要有以下5个重点:

1 遗产:保护和开发现存建筑遗址

2 经济:支持地方经济发展,创建经济贸易区,文化活动区

3 社会:改建筑物为廉租房

4 旅游:改建筑物为乡村住所

5 环境:避免城市化占用耕种土地

 

多样化方式推进地区特色化建设

普瓦莱(Poilley)和莫雷(Mellé),两个布列塔尼村庄

        这两个村庄隶属于东北部的伊勒-维莱讷(Ille-et-Vilaine)省,离雷恩有40分钟的车程,得到特殊开发而发展起来,这是小镇市长路易斯·保泰欧(Louis Pautrel)和民选代表们不懈努力的结果。起先这里没有任何经济活动,市长和他的团队开始对这片区域进行系统的研究,分析整个价值链和路维尼(Louvigné)地区的发展潜力。然后他们提出了发展方案,根据市场需求,划分区域,发展项目,此方案借鉴了比利时的经验,来发展大西洋沿岸以农产食品加工业为主的普瓦莱(Poilley)村庄。首先,建立一个布列塔尼鲜有的蘑菇种殖基地,以此为基础来发展周边产业。通过努力,在公共和私人基金的支持下,他们建起了种植基地,从巴黎引进了蘑菇的品种,到现在,已经提供了80多个工作岗位。

culture sur couches de champignons de Paris

巴黎蘑菇品种 Evelyne Ollivier-Lorphelin 摄

 

hortensia bleu à Mellé
莫雷村古迹 Evelyne Ollivier-Lorphelin 摄
Patrimoine rural à Mellé, commune de Louvigné Communauté, Habitat en granit réhabilité. Maison et Jardin. ©Evelyne Ollivier-Lorphelin
莫雷乡村遗产,路维尼(Louvigné)市,修复的石头房,花园  Evelyne Ollivier-Lorphelin 摄

        村庄里尚存留很多古建筑,特别是村东南边的教堂,历史可以追溯到17世纪。北边是神甫住宅区,还有一些独立的老房子(住宅,面包作坊,谷仓),以及其他建筑,18世纪时就已存在。这些古建筑的共同点是:拱形门,嵌入式窗户,升势屋顶,出檐椽子2等。居住于此的居民们,在政府的支持下,成立了协会,这也不矢为可持续发展的一项举措。莫雷(Mellé)村创建了叫莫雷寇(Melléco),也做Pierre & Nature之家的展览馆,可以欣赏和学习艺术以及生物的多样性。这是采用文化遗产展示中心,每年夏季举办的露天植物标本摄影展类似的发展思路。

        食品企业的迁入和工作岗位的增加,惠及了村庄里21世纪的居民。路维尼(Louvigné)镇政府希望保留耕地,在城郊处修建需要增建的住房和厂区,之后在布列塔尼公共土地管理处的帮助下,采用了试点方案《城镇中心》来规划土地。随之,居民在政府和土地管理处的协助下,把具有特色的房子作为展览馆,纪录17世纪到21世纪居住方式的历史演变。路维尼(Louvigné)的这些展览馆距离富热尔(Fougères)城堡24分钟车程,圣米歇尔山40分钟,圣马洛1小时,将来他们也可以改建成旅馆、酒店来迎接四面八方的宾客,法国的,外国的,所有希望了解历史的人,这样也推动了村庄经济的发展。

 

 

布列塔尼,期待中国友人的发现和了解

以下是行程中所参观景点的详细介绍:

特色餐馆,法国知名美食指南高特米鲁《Gault et Millau》推荐——选用本地新鲜食材

蒙米行(Montmuran)城堡,建于中世纪,17到18世纪重新修复——特殊接待

特色小城,书镇贝谢尔(Bécherel——展示中国书法

 

        列塔尼风景秀丽,历史悠久,从迷人的小镇,原始的城堡到别致的乡舍,无不满足人们对于原生态,独特,舒适的追求,当地优质的特产更是切合不同的品味。

photo culinaire - poivron
布列塔尼特产,应季果蔬  Évelyne Ollivier-Lorphelin 摄

 

        在卡和脱克(Cardroc)享用完精美的午餐后,我们的中国客人要参观历经数世纪存留下来,记载着布列塔尼历史的蒙米行(Montmuran)城堡。这座封建时期的城堡,塔楼建于12世纪,14世纪建成小城堡,17,18世纪修建的吊桥和房间仍在使用,这可以算得上法国艺术的活标本。在维护城堡和文化遗产的资金上,城堡主人经常会收到前来参观者或受接待方的捐助,比如城堡可以提供场地来举办展览,演唱会,企业招待会等等,有时也会给他们提供住宿,这也给周边酒店带来了生意。

Bécherel Petite cité de caractère
书城小镇的木结构房屋,16世纪乡村旅店拉瓦勒埃居(Écu de Laval)旧居  Evelyne Ollivier-Lorphelin  摄

        接着我们来参观独具特色的书镇贝谢尔(Bécherel),这个小镇充满着活力,是布列塔尼鲜活历史的代表,“萨瓦纳镇(Savenn Douar)协会”在高莱特(Colette Trublet)积极努力下,围绕书籍在村庄里展开了一系列的文化发展活动,为了能给这个1960年人口开始减少的地方,创造更多的就业岗位和发展动力。接着我们看到建于16世纪,前有门廊,墙面是人字形木架结构的乡村旅店拉瓦勒埃居(Écu de Laval),也称作佛兰德故居,因为贝谢尔(Bécherel)人都从佛兰德购入商品,回到这里做亚麻贸易。最后我们观赏国际拉丁书法家黑沙贺(Richard Lempereur)先生展示的中国古代的书写艺术。

calligraphe à Bécherel
书镇贝谢尔(Bécherel),书法家黑沙贺(Richard Lempereur)先生作品  Évelyne Ollivier-Lorphelin  摄

 

朗古埃(Langouët),都市乡村小镇,采用可持续发展战略

        朗古埃(Langouët)是一座距离雷恩(Rennes)20分钟车程的都市乡村小镇。市长丹尼尔·居埃夫(Daniel Cueff)也是布列塔尼公用土地管理处的负责人。既不是乡村,也不是市镇,朗古埃的居民是生活在乡村,工作在雷恩市中心。法国国家统计局(Insee)的数据显示:位于市郊的镇,连接了城市和乡村,他们不属于中心城市,但是经济上依赖城市,因为有至少40%的居民在市里工作。法国在1982到2011年间,城乡结合地区的人口大量增长。朗古埃(Langouët)很早就开始思考城市扩张后的问题,并着手建立可持续发展的模式。小镇上有一个100%有机产品生产基地,电子产品厂区,两个生态园,还有一个经济,社会和互助机构,食品储藏室,社团酒吧,“零化学农药”政策,提供给孩子的免费课外活动,以及有关机构构建的可持续发展网络:布鲁戴德(Bruded)

 

以博鲁兹艾合(Pelousière)住宅区为例

我们一起来参观博鲁兹艾合(Pelousière),简介由布鲁戴德(Bruded)协会提供

        布鲁戴德(Bruded协会是2005年,由布列塔尼规模较小的市镇联合成立,以城市可持续发展为目标,民选代表们希望构建一个共同思考,交流经验,推进可持续发展实现的网络。至今,布鲁戴德(Bruded)协会已经有5个布列塔尼省的120个市镇加入

Maison ossature bois
朗古埃(Langouët)博鲁兹艾合(Pelousière)的生态街区   Bruded协会Mikael Laurent 摄 

 

        博鲁兹艾合(Pelousière)住宅区是建在朝南的山坡上,占地约1万公顷,毗邻森林,面对一片自然保护区。一共12座有房屋所有权的别墅,和6座集体所有的廉租房,严格遵守ADDOU(城市化可持续发展)法则,秉承宗旨是给中产阶级家庭,创建和谐,健康,节能的环境和居住条件。

        实施准则和方针政策

  • 促进社会融合:多样化住房类型(私人廉租房和公共廉租房)每平方米的价格限定在188欧内

  • 创造经济、卫生的居住环境:统一进行基本设备的配置,坐北朝南,木材取暖设备,加强绝缘,健康的热水和环保材料(原木,纤维棉,无挥发物油漆,橡胶覆盖层)

  • 推动居住模式符合朗古埃(Langouët)环境,尊重可持续发展原则(切合环境,限制私人使用,保留乡村风)

  • 保护水质,减少水资源浪费:提高雨水资源管理技术,限制不透水处面积,促进水循环

  • 加强社会融合和参与度:鼓励住户参与和监督工程建设(布列塔尼工程建筑公司负责)

  • 鼓励适度出行:限制道路宽度,公路上禁止停车,建立供社交的公共场所

 

        丹尼尔·居埃夫(Daniel Cueff)提出了研究方法,并在朗古埃(Langouët)政府做了具体介绍,包括主要准则,目标以及公共土地管理处EPFB 在整个布列塔尼推行的措施。用当地特产招待客人的联谊会,必定会加强布列塔尼同中国,尤其是同山东省进一步开放的愿望和友好合作关系。

 

 

大都市雷恩(Rennes

晚上参观雷恩(Rennes)市中心,木结构房屋,17、18、21世纪的城市建筑,购物

圣马洛(Saint-Malo)-二战破坏后重建并重点保护的历史名城

        我们的中国客人非常期待了解,50年代的时候我们如何还原圣马洛(Saint-Malo)的历史原貌,并且使其适应现代生活环境,特别是现代交通网的建设和公共卫生领域。以中国的国土面积来看,圣马洛是一个非常小的城市,但是他在旅游业方面的发展很值得借鉴。

 

        为了了解圣马洛,我们从阿莱(Alet)和安斯·索利多尔湾(Anse Solidor)出发,可以看到防御工事  -索利多尔塔(Solidor)- 位于朗斯河(Rance)河口,隶属于古老的圣塞合旺镇(Saint-Servan)。1369至1382年,布列塔尼公国杜克·让四世(duc Jean IV)下令修建,来控制朗斯河和圣马洛三角地带的入口。处于圆形地域,在塔上可以看到三角湾和城市的全景,目前塔得到合恩角航线博物馆的保护。圣马洛人是首先发现此地的法国人,并且在17世纪末穿过了合恩角,可以说阿莱(Alet)是圣马洛城的缩影。

 

Saint-Servan - montage
圣马洛安斯·索利多尔湾(Anse Solidor)和 14世纪索利多尔塔(Solidor), 萨布隆普莱桑斯桥( plaisance des Bas-Sablons )– 阿莱(Alet)港/圣塞合旺镇(Saint-Servan)  Évelyne Ollivier-Lorphelin  摄
  

第一张照片是从迪纳合(Dinard)拍摄的,第二张是一位在阿莱(Alet)港散步的人拍摄,可以看到圣马洛一侧的城墙

photo vue d'ensemble de ST Malo - vue de Dinard
圣马洛全景  Jean-Pierre Lorphelin  摄
Vue de la cité d'alet sur Saint-Malo
圣马洛因特拉斯罗穆城(Intra-Muros)  2015年10月  摄

        1944年二战末,城市的80%都遭到了破坏,和圣马洛(Saint-Malo) 仅保存下16、17、18世纪的78座房屋和建筑。重建工作是在时任市长凯拉·项伯(Guy La Chambre),前任国家总理,当地居民还有重建部部长的推动下开展的,修复工作的顺利进行多亏了长达12年中(1948-1960)来自魁北克省的资助。

        之后的数年中,老城慢慢修复。1636年,杜布松(Dubuisson-Aubenay)描述到:老城急需整修改造,几乎所有老房子的木结构都很干燥,建筑木材的坚韧性是非常重要的。1661年,一场大火席卷了城市,烧毁了287座房屋,到1781年,仅存留了148座古老的木结构房子。有必要说明的是1694年,在圣马洛的建筑师团队,制造的船只数量比房屋都多,现在船舶制造仍在进行。透过没有门的橱窗,我们在圣马洛还可以看到为数不多的老房子。

        海上贸易的蓬勃发展,使木结构建筑逐渐被石质建筑所取代。中世纪,从亨利四世(Henri IV)执政时期到路易十四(Louis XIV)执政后期,城市人口的数量翻了一番。在人口增长的压力下,城市建起了很多石质的新房子,但是火灾中幸存的老房子还是被很好的保护下来。

        作为王国的第一座贸易桥梁,1690年左右,圣马洛成为首个贸易区。沃邦(Vauban)人于1689年春天,第一次抵达这里,批发商和船主们都依附于这个城市,不愿离开。国王御用建筑师工程师西蒙·卡航歌(Simon de Garangeau)来到此地,建筑师时代来临了。他们的确取得了巨大的成功,打造了这座古典城市。一些旅馆和其他建筑修建起来,花岗岩的材质和色泽,与周围环境的协调感,朴素的风格,合理的空间和采光,都使整个新区熠熠生辉。这也让城市独具特色,端庄,简约,朴实无华,尽管是大兴土木,但却是精美的作品,或者是城市财富的显露。1690至1700年间这次风格上的重塑,正值东印度公司的鼎盛时期,也是中国和法国第一次贸易上的往来。

        遭受到再次摧毁后,应该怎么做?城市建筑家又一次提出圣马洛城市的建筑问题,仍然坚持使用花岗岩,但是改善起居设备和循环系统。第一套重建方案是由罗马奖章的获得者马克(Marc Brillaud de Laujardière)制定的。当时另一位著名的罗马奖章建筑奖的获得者路易斯(Louis Arretche)重新拿到马克的草图,补充到:城市重建的成功取决于城市的形状,四面环海的特点以及港口的分布,这是法国一座鲜有的城市,可以一览无余她的秀丽景色。首先恢复城市四周的建筑,勾勒出她的外形,然后确定船只的样式。之后在海蒙德(Raymond Cornon)的协助下,路易斯(Louis Arretche)保存了勾勒出城市形状的教堂,城堡以及建筑物的原貌。这次给城市内部重建很大的自由度。医院,监狱的整修让出了很大面积,使道路得以加宽。修建了高达3到6层的楼房,外墙进行适度的修整,避免使用昂贵的材料,只对露台加以改造来促进商业的发展。屋顶的倾斜度约为50到60,花岗岩和石板岩用来加固,当然也大量采用了混凝土。

        之后我们开始参观因特拉斯罗穆城(intra-muros),主要是看他的古建筑(城堡,塔,比圣马洛更古老的15世纪房子,乌塞大道(Houssaye),教堂),还有一些50年代重修的建筑,当然不能错过绕城一周来看看她的城墙。圣马洛的最后一站便是购物,让中国客人们来欣赏圣马洛的物产。

 

以后的中国,会是生态文明时代?

        近些年,中国的环境问题成为持续发展的关键。除了二氧化碳过度排放造成的温室效应,中国的河流,土地和地下水都遭到了污染。煤炭发电过程中,大量煤炭燃烧产生很多粉尘,以至于像北京这样大城市的空气几乎无法呼吸。污染成为影响公众健康的主要因素,中国政府开始关注经济增长中的环境污染问题。中国可再生能源企业,在产品深加工领域找到了极大的发展空间。毋庸置疑,中国在几年后便可实现绿色增长。近几年,中国大量投资风力和太阳能发电。在刚刚公布的2016-2020五年规划中,提出了《生态文明》的理念,强调了严格控制煤炭燃烧消费总量。中国农村将继续进行绿化工作。围绕可持续发展的主题,相对于路维尼(Louvigné)和朗古埃(Langouët)镇带来的宝贵经验,我们法中国际协会将不懈努力推动山东省同布列塔尼大区的友好合作。

 

 

撰稿人:  Évelyne Ollivier-Lorphelin 

译者 : 谭爽 

头版照片:  Évelyne Ollivier-Lorphelin 2008年摄于曲阜,孔庙,中国书法 

摄影师 : Évelyne Ollivier-Lorphelin, Jean-Pierre Lorphelin,Mikaël Laurent de Bruded 照片未经同意,不得转载

出版总监:Yannick Morin,France-Chine-International法中国际主席

 

备注:

1 安徽宏村所拍的这张照片是付费的!入口处设有防护栏杆!
2 « 嵌入屋顶斜面的檩条用来减缓下水道的倾斜度 »

 

信息来源

Unesco – Anciens villages du sud du Anhui – Xidi et Hongcun
Le monde diplomatique novembre 2015 ;Paysans chinois entre cueillette et Internet ; Au village des Zha 
Louvigné communauté
Bretagne rurale et rurbaine  «Bruded»  
Langouët, une commune écologique bretonne qui innove avec ses habitants

 

邀请您参与法中国际协会的发展项目

如果您对法中国际协会采取的发展策略感兴趣,如果您想要参与或者筹备项目,请您随时联系我们。
我们的邮箱是: contact@france-chine-international.com

 

visite de la délégation chinoise Patrimoine rural et développement durable

Mission d’étude Patrimoine rural et développement durable en images

Visite en images de la mission d’étude de la délégation Patrimoine rural et développement durable de la Province du Shandong   Sous l’égide de l’association France Chine International, les 12 et 13 novembre derniers, Monsieur GENG Qinghai, Directeur général adjoint de la Province du Shandong à Jinan et cinq de ses collaborateurs du Département du … Lire la suiteMission d’étude Patrimoine rural et développement durable en images

calligraphe, maison, porte temple

Développement durable : des villages ruraux et rurbains à l’honneur en Bretagne

Accueil de la Délégation du Département au Logement
et la Rénovation rurale de la Province du Shandong

Dossier de presse France Chine International – 6 novembre 2015
Réalisation du programme et du dossier par Évelyne Ollivier-Lorphelin pour France Chine International

Fil Twitter
Suivez le déroulement de la journée sur le fil Twitter : #patrimoinefrcn

Avec 10 % de surfaces agricoles exploitables,
la Chine doit nourrir plus de 20 % de la population mondiale »

La terre arable et la capacité de nourrir ses habitants pour la Chine sont des enjeux stratégiques comme ceux de maintenir les populations rurales sur place. La Chine a entrepris un contrôle  de l’urbanisation plus rigoureux, face à la montée de l’immobilier qui a souvent procédé au détriment de l’agriculture en construisant sur des terres cultivables. L’urbanisation reste une tendance irrépressible car elle accompagne le développement économique. L’augmentation de la consommation de viande et les modifications des habitudes alimentaires requièrent de surcroît davantage de terres. Il faut ajouter en Chine le développement du tourisme de masse et la pression qu’il exerce sur les villages ruraux d’intérêt. le Département au Logement et de la rénovation rurale de la Province du Shandong a sollicité France Chine International pour comprendre comment en Bretagne, nous avons su conserver et adapter nos villages ruraux au XXIe siècle tout en préservant le patrimoine, en développant une activité économique, touristique et culturelle autour du développement durable.

 

 

Patrimoine naturel et bâti, l’enjeu de la préservation :
des territoires vivants et dynamiques

La Chine depuis les années 2000 a pris conscience de la valeur de son patrimoine rural et cherche à le préserver, non plus comme c’est encore parfois le cas, dans le cadre de villages musées1 qui ne seraient qu’une vitrine de ce qu’ils ont été autrefois, mais cherche désormais à conserver des territoires vivants et dynamiques. C’est tout l’enjeu de la préservation, de la gestion et de la mise en valeur du patrimoine naturel et bâti.

étudiants chinois des beaux-arts
Village de Hong Cun – Anhui – © photo : Evelyne Ollivier-Lorphelin – Mai 2009

 

Sculpture sur bois - Chine ©Evelyne Ollivier-Lorphelin - 2009
Sculpture sur bois du village de Hongcun dans l’Anhui – Chine – ©Evelyne Ollivier-Lorphelin – 2009

 

Les coopérations entre la France et l’Université Tongji de Shanghai ont mis en valeur dans la province du Guizhou, au sud-ouest de la Chine « la protection et le développement durable des villages et paysages culturels ». La très belle exposition sur le village de Zengchong à l’Institut Confucius de Bretagne en octobre dernier et la conférence tenue par les élèves architectes de Chaillot – école spécialisée dans le patrimoine – le 1er  octobre dernier à l’école d’architecture de Rennes, nous ont montré cette nouvelle orientation de la Chine.

 

En Bretagne, notre histoire, notre culture, notre vocation maritime et agricole nous rapprochent de la province du Shandong une province de près de 97 millions d’habitants, la plus peuplée de Chine après le Guangdong (plus de 105 millions). Le Shandong est un des grands berceaux de la civilisation chinoise, avec ses monuments et paysages représentatifs comme celui du temple et de la résidence de Confucius à Qufu et comme le mont Taishan près de Jinan. Le Shandong est la troisième plus riche province de Chine, qui au-delà des ses avancées dans les biotechnologies et le domaine de la santé, est aussi une terre maritime et agricole. Les coopérations entre la ville de Qingdao (jumelée avec Brest), Yantai (jumelée avec Quimper), Weihai (jumelée avec Vannes) … et Jinan (jumelée avec Rennes) font partie des relations qui ont pu être initiées depuis plus de 30 ans avec la Bretagne.

Patrimoine rural, une vie à Mellé
Patrimoine rural en Bretagne, une vie à Mellé ; © Evelyne Ollivier-Lorphelin

En mars dernier, France Chine International en partenariat avec l’ICB réunissait près de 300 personnes autour des smart cities chinoises dans la belle salle du conseil de l’hôtel de Rennes Métropole. Cette conférence en lien avec le Développement durable et les relations de confiance de longue date avec les membres de l’association France Chine International ont conduit la Province du Shandong à nous solliciter, pour cette fois découvrir comment nous avons su préserver et adapter nos villages ruraux ou rurbains au XXI siècle. A moins d’un mois de la COP21 à Paris, et quelques jours après la visite de notre Président de la République Française en Chine sur l’implication de la Chine dans la lutte contre le réchauffement climatique et la croissance verte, cette visite de hautes autorités chinoises de la Province du Shandong dans nos villages ruraux est tout un symbole pour notre territoire.

 

 

Les objectifs de restauration et réhabilitation du patrimoine en Bretagne

Les objectifs de restauration et de réhabilitation du patrimoine bâti en Bretagne répondent à cinq enjeux majeurs :

  1. patrimonial, par la préservation et la valorisation du patrimoine bâti existant,
  2. économique, en soutenant une économie locale dont la création d’une zone d’activité et/ou une activité culturelle
  3. social, grâce à la réhabilitation des bâtiments en logements sociaux,
  4. touristique, par la réhabilitation des bâtiments en gîtes ruraux,
  5. et environnemental, par la non consommation de terres agricoles pour l’urbanisation (réhabilitation du bâti).

 

 

Une diversité de solutions adaptées à la spécificité des territoires

Poilley et Mellé, deux villages ruraux de Bretagne,
de la communauté de communes de Louvigné Communauté
 

Ces villages situés à l’extrémité Nord-Est du département d’Ille-et-Vilaine, à un peu plus de 40 minutes de la Métropole Rennaise auraient pu sembler être voués à la désertification. C’était sans compter sur la volonté indéfectible du Président de la Communauté de Communes, Louis Pautrel et de ses élus. Sans activités économiques, disaient-ils, point de salut. Visionnaires, ils ont commencé, dans le cadre d’un accompagnement, par une étude systémique de leur territoire et par regarder sur l’ensemble de la chaîne de valeur les potentialités de Louvigné Communauté. Ils ont ensuite orienté le projet en fonction du marché en termes de différenciation. Cette approche confortée par un voyage de terrain en Belgique, les a conduits à proposer à Poilley, proche de l’A84 sur l’Arc Atlantique, une zone d’activité exclusivement réservée à l’agroalimentaire. Un des objectifs était également de proposer une première activité peu présente en Bretagne, une champignonnière qui pourrait servir de tremplin à l’implantation d’autres installations. Un combat de tous les instants leur a permis de créer un bâtiment blanc et d’implanter une unité de production de champignons de Paris grâce à un financement public/privé. Aujourd’hui, 80 nouveaux emplois sont annoncés.

culture sur couches de champignons de Paris
Champignons de Paris – Culture – © Evelyne Ollivier-Lorphelin

 

hortensia bleu à Mellé
Patrimoine – Mellé – Gîte rural – © E. Ollivier-Lorphelin

L’étude avait également mis en évidence la qualité paysagère et naturelle et l’importance et la qualité du patrimoine bâti rural issu du riche passé de ce territoire. Il existait par exemple, encore au début du XXe siècle une activité commerciale assez intense dans le village de Mellé comme le montrent les cartes postales anciennes. En effet, sur la quasi totalité des façades se trouvait une enseigne désignant l’activité du lieu. Des terres agricoles riches, légères et profondes, la présence de l’eau, sa politique de protection environnementale initiée grâce à la présence de ses rivières qui se jettent dans la baie du mont Saint-Michel, la mise en place de l’agenda 21 étaient autant de facteurs favorables à une croissance verte et au développement touristique du territoire.

Patrimoine rural à Mellé, commune de Louvigné Communauté, Habitat en granit réhabilité. Maison et Jardin. ©Evelyne Ollivier-Lorphelin
Patrimoine rural à Mellé, commune de Louvigné Communauté, Habitat en granit réhabilité. Maison et Jardin. ©Evelyne Ollivier-Lorphelin

Le village de Mellé, contigu à celui de Poilley, conserve encore aujourd’hui de nombreuses constructions anciennes, particulièrement au sud-est de l’église, partie du village dans laquelle il existe encore plusieurs constructions du début du 17e siècle. Le presbytère situé au nord et ses anciennes dépendances (logis, fournil, grange), ainsi que d’autres bâtiments dans le village datent du 18e siècle. Ces constructions anciennes présentent des particularités spécifiques : portes en plein cintre, baies chanfreinées, fortes pentes de toiture, présence d’un coyau2… Grâce à la mobilisation de ses habitants regroupés en association et avec l’appui de sa municipalité, Mellé avait déjà anticipé une démarche globale de développement durable. Elle avait permis de créer la maison Pierre et Nature désormais appelée Melléco qui propose un parcours touristique et pédagogique sur l’art et la biodiversité. Cette approche environnementale confortée par la mise en place de son centre d’interprétation du patrimoine et ses actions comme la création d’une exposition photographique de plein air « Hortus photographicus » tous les étés lui ont valu de nombreuses récompenses. 

Avec l’arrivée des entreprises agroalimentaires et des emplois créés, il s’agissait également de favoriser un habitat du XXIe siècle. Louvigné Communauté, souhaitait conserver ses terres agricoles en préférant la réhabilitation et la restauration du bâti existant à la création de lotissements situés en périphérie de bourg. Louvigné Communauté fait alors appel à l’Établissement Public Foncier de Bretagne qui propose alors une démarche expérimentale appelée « cœur de bourg ». Les habitants se mobilisent à nouveau avec leur municipalité avec l’appui de l’EPFB, pour créer une maison témoin du XVIIe siècle réhabilitée aux normes du XXIe siècle, et de type écohabitat. Ces belles maisons de granit de Louvigné communauté, situées à 24 minutes du château de Fougères, 40 minutes du mont Saint-Michel, 1h de Saint-Malo pourraient également devenir demain des gîtes ruraux ou accueillir des chambres d’hôtes agréables et confortables qui pourraient répondre à une clientèle de niche, qui concerne des clientèles d’origines française et étrangère. Les ressources  (produits de terroir, produits authentiques, mise en scène…) peuvent leur permettre de se positionner sur des niches commerciales spécifiques.

 

 

La Bretagne, pour les Chinois, un territoire à découvrir ou à approfondir

En cours de route, trois cas d’exemple de la diversité de nos solutions Bretonnes

Une auberge de terroir, référencée au Gault et Millau,
avec des produits frais, authentiques et de proximité
Montmuran, un château du moyen-âge breton du XIIe siècle, embelli au XVII et XVIIIe siècles
pour des réceptions d’exception
Une petite cité de caractère, Bécherel qui a su miser sur la culture et le livre.
Un clin d’œil calligraphique pour nos visiteurs chinois.

 

La Bretagne présente un potentiel considérable en termes de diversité de paysages et du bâti. Des petites villes de caractère, aux châteaux authentiques aux hébergements ruraux, notre territoire peut satisfaire les demandes d’authenticité, de typicité, d’esthétique et de confort. Les produits qui leur sont associés ont le plus souvent les qualités requises pour satisfaire une demande diversifiée.

 

photo culinaire - poivron
Gastronomie de terroir en Bretagne : Produits frais de saison – ©photo culinaire : Évelyne Ollivier-Lorphelin

 

Après avoir découvert au déjeuner le patrimoine culinaire breton à Cardroc, avec des ingrédients issus de producteurs locaux, nos invités chinois visiteront un château qui a traversé les siècles et porteur de l’histoire de la Bretagne : le château de Montmuran. Un château féodal avec sa tour du XIIe, son châtelet du XIVe siècle, son pont-levis toujours en état de marche et ses appartements des XVII et XVIII e siècle, symbole de l’art de vivre à la française. Afin de concilier la maîtrise budgétaire qu’impliquent de tels bâtiments et leur protection patrimoniale, les propriétaires de châteaux offrent très souvent des prestations de visite et d’accueil. Ils peuvent inclure, expositions, concerts, réceptions festives, d’entreprises, souvent haut de gamme… Ils abritent parfois un gîte rural ou des chambre d’hôtes et font aussi vivre des gîtes ruraux ou des chambres d’hôtes dans leur proximité.

Bécherel Petite cité de caractère
Maison à pans de bois à Bécherel, Petite cité de caractère, cité du livre – dite maison de la filandière, ancienne Hostellerie de l’Écu de Laval du XVIe siècle, maison à porche et à pans de bois en « brins de fougère » – ©Evelyne Ollivier-Lorphelin

Nous visiterons Bécherel, la cité du livre, petite cité de caractère, un label créé en Bretagne pour valoriser et redynamiser les petites cités au caractère historique. À Bécherel, l’association « Savenn Douar » avec le dynamisme de Colette Trublet a mis en place un développement culturel en milieu rural autour du livre afin de créer une dynamique favorable à la création d’emplois pour revitaliser le centre ancien qui se désertifiait depuis les années 1960. Nous apercevrons l’ancienne Hostellerie de l’Écu de Laval du XVIe siècle, maison à porche et à pans de bois en « brin de fougères ». Appelée aussi maison de la Filanderie en raison du riche passé de Bécherel portée par son marché de fils de lin, revendus par les marchands en Flandres. Un petit clin d’œil à l’art de l’écriture chinoise ancienne sera apporté par un calligraphe latin de renommée internationale, Richard Lempereur

 

calligraphe à Bécherel
Bécherel, petite cité de caractère, cité du livre, le calligraphe Richard Lempereur photo : Évelyne Ollivier-Lorphelin

 

 

 

Langouët, une commune rurbaine, une approche développement durable

Langouët, petite commune située à 20 minutes de la Métropole rennaise est une commune rurbaine. Son Maire Daniel Cueff est également Président de l’Établissement Public Foncier de Bretagne.
Ni ruraux ni citadins, les habitants de Langouët vivent à la campagne mais travaillent à Rennes Métropole, c’est-à-dire en ville. L’Insee en livre une définition statistique : est dite périurbaine une commune qui ne « touche » pas le pôle urbain – constitué de la ville centre et de sa banlieue – mais qui en dépend économiquement parce que 40 % au moins de sa population y travaille. En France les espaces périurbains ont enregistré la plus grande croissance démographique entre 1982 et 2011. À Langouët, très tôt une réflexion de fond s’est mise en place pour lutter contre l’étalement urbain et construire selon les modes de développement durable. Langouët, c’est aussi une cantine 100 % Bio, une production électrique  supérieure à sa consommation, deux lotissements écologiques, un pôle économie sociale et solidaire, la Cambuse, un bar associatif, une démarche Zérophyto, ses TAP ouTemps d’Activités Périscolaires gratuits pour les enfants, et un développement durable partagé : Bruded.

 

Un cas d’exemple : le lotissement de La Pelousière

Nous visiterons le lotissement de la Pelousière. Présentation du lotissement avec l’aimable autorisation de reproduction des textes de l’association Bruded
Bruded est une association, née en 2005, sous l’impulsion d’une poignée de petites communes rurales bretonnes fortement engagées dans des projets d’urbanisme durable. Ces pionnières ont décidé de mutualiser leurs réflexions et leurs moyens au sein d’un réseau solidaire d’échanges d’expériences et de réalisations de développement durable. Ce sont des élus qui parlent aux élus. Aujourd’hui, Bruded compte plus de 120 communes sur les 5 départements bretons.

 

Maison ossature bois
Ecoquartier de La Pelousière – Langouët ©photos Mikael Laurent – Bruded

 

« Le terrain du lotissement de la Pelousière, d’une surface d’environ 1 hectare sur un versant Sud donnant sur une zone naturelle protégée et attenant à un bois. Le programme se compose de 12 maisons en accession à la propriété et de 6 logements collectifs en locatif social, sur la base de la Charte ADDOU (Approche Développement Durable dans les Opérations d’Urbanismes), avec un objectif commun : créer pour des familles modestes, un environnement et un habitat durable, sain et économe en énergie ». 

Principes de mise en oeuvre retenus

  • Favoriser la mixité sociale : diversification des typologies d’habitats (logement individuel en accession sociale et logement en collectif social). Prix de vente arrêtés 188 euros TTC/m² terrain compris pour les maisons

  • Produire un habitat économe et propre. Les maisons et le collectifs sont au niveau BBC : orientations Nord-Sud, chauffage bois, isolation renforcée, eau chaude sanitaire, matériaux sains (bois non traité, ouate de cellulose, peinture et lasure sans COV, revêtement de sol en caoutchouc)

  • Promouvoir des formes d’habitat adaptées à Langouët et respectant les principes du développement durable (insertion dans le paysage, limitation des emprises privées, forte densité qui s’insère dans le paysage rural)

  • Préserver la qualité de l’eau et réduire les consommations d’eau potable : technique alternative de gestion des eaux pluviales et Limitation des surfaces imperméabilisées

  • Renforcer la participation et la cohésion sociale : chantier participatifs avec les futurs habitants (encadré par les compagnons bâtisseurs de Bretagne)

  • Favoriser les modes de déplacements doux : largeur de la voirie limitée, pas de stationnement sur la voirie, Création d’espaces paysagers de rencontre

 Une approche globale, par Daniel Cueff, Président de l’ Établissement Public Foncier de Bretagne

Daniel Cueff présentera à la Mairie de Langouët les grands principes, les objectifs et les actions mises en œuvre par l’EPFB sur l’ensemble de la Bretagne. Un pot de l’amitié avec des produits du terroir viendra renforcer les perspectives d’ouverture et de partenariat avec la Chine et plus spécifiquement avec sa Province du Shandong.

 

 

Rennes, la métropole

 Enfin une visite de Rennes s’effectuera en soirée : maisons à pans de bois, ville du XVII, XVIIIe, XXIe siècle et shopping.

 

 

Saint-Malo
une ville historique préservée et réhabilitée
après les destructions de la seconde guerre mondiale

Nos visiteurs chinois ont désiré découvrir Saint-Malo pour comprendre comment nous avions pu dans les années 50 redonner à cette ville historique tout son caractère, en intégrant les concessions faites à la vie moderne, notamment en termes de circulation automobile et de salubrité publique. A l’échelle de la Chine, Saint-Malo reste une petite ville qui toutefois est intéressante par sa dimension historique et touristique.

 

Pour découvrir Saint-Malo, nous commencerons notre parcours par la presqu’île d’Alet, ancienne cité gallo-romaine et de l’Anse du port Solidor où se trouve la Tour du même nom. Située à l’embouchure de la Rance, sur l’ancienne commune de Saint-Servan, la Tour Solidor est un donjon fortifié. Elle a été construite de 1369 à 1382, sur ordre du duc Jean IV de Bretagne, pour contrôler l’entrée de l’estuaire de la Rance et Saint-Malo. Depuis le chemin de ronde, elle offre un magnifique panorama sur l’estuaire qui abrite l’usine marémotrice de la Rance et sur la ville. Elle accueille aujourd’hui le Musée International du long cours Cap-Hornier. Les Malouins, ont été les premiers découvreurs français à franchir le redoutable Cap Horn à la fin du 17e.
C’est à partir du parcours du fort de la Cité d’Alet qui offre le plus beau point de vue d’ensemble sur la baie que nous découvrirons un des profils de la ville de Saint-Malo et les forts au large de Saint-Malo. Le Petit Bé est l’un des ouvrages les plus remarquables, par sa situation parmi les forts des îlots de la baie qui sont aussi le fort National, le fort Harbour et le plus au large, le fort de la Conchée. On y voit également l’île de Cézembre, la plus importante des îles de la baie de Saint-Malo.

 

Saint-Servan - montage
Saint-Malo, l’Anse solidor, la tour solidor du XIVe siècle et le port de plaisance des Bas-Sablons – Cité d’Alet/ST Servan © photos : Évelyne Ollivier-Lorphelin

 

  

Nous découvrirons le profil d’une des façades de Saint-Malo par la promenade du fort de la Cité d’Alet (photo 2). La première est prise de Dinard.

photo vue d'ensemble de ST Malo - vue de Dinard
Vue panoramique de ST Malo – © photo : Jean-Pierre Lorphelin
Vue de la cité d'alet sur Saint-Malo
Saint-Malo Intra-Muros – Octobre 2015

Détruite à 80 % en 1944 à la fin de la seconde guerre mondiale, la ville Intra-Muros de Saint-Malo conserve 78 maisons et immeubles datables des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. La reconstruction s’est faite sous l’impulsion de Guy La Chambre son maire et ancien ministre d’État, de ses habitants, du ministère de la Reconstruction et grâce à des dons venus du Québec, sur une période de douze ans (1948-1960).

Au cours des siècles, la ville ancienne a évolué. En 1636, Dubuisson-Aubenay décrit la ville « extrêmement pressée et habitée, et presque toute de vieilles maisons de bois à pignons tout secs », avec « toutefois quelques maisons nouvelles, bâties tout droit à plomb de pierre de Chozay ». La densité de l’habitat de bois est alors importante. En 1661, lors de  » la grande brûlerie « , 287 de ces maisons de bois disparaissent, en 1781 il y en a encore près de 148 « fort anciennes et bâties de bois ».  Il faut préciser qu’à Saint-Malo existait en 1694 une « communauté des architectes tant de vaisseaux que de maisons ». On doit sans doute encore à la construction navale la formule du « ballet », cette galerie vitrée en porte à faux que l’on peut voir encore sur quelques façades de rares maisons dans l’actuel Saint-Malo. 

Avec la prospérité due au commerce maritime, ce mode de construction bois va  progressivement être remplacé par des constructions principalement en moellons de granit. Dans son enceinte médiévale du XIIe, du début du règne de Henri IV à la fin de celui du règne de Louis XIV, la ville double de population. La ville construit de nouvelles maisons de pierre et grimpe en hauteur sous la pression démographique mais  la permanence du parcellaire médiéval survit à l’incendie.  

Premier port de commerce du royaume, Saint-Malo devient autour de 1690 une place de guerre de premier rang. Vauban y séjourne pour la première fois au printemps 1689, les négociants/armateurs sont particulièrement attachés à leur ville et refusent de la quitter. Arrive alors avec Simon de Garangeau, architecte et ingénieur du roi, le temps des ingénieurs. Ils vont engager les accroissements successifs et construire la ville classique. Les hôtels particuliers sont alors bâtis. Ces hôtels sont d’une « rigueur toute militaire ». Leur beauté tient à la qualité de l’appareil en granit de Chaussey et à sa couleur, à l’homogénéité rythmique des volumes et à leur sobriété, à l’espace et à la lumière des nouveaux quartiers. Ce qui caractérise la ville est alors la modestie et la sévérité d’une architecture en hauteur, en dépit des fortunes colossales, que seuls les vantaux sculptés ou la richesse du décor intérieur trahissent. Cette mutation stylistique des années 1690-1700 est  aussi le temps de la Compagnies des Indes et des premières mondialisations des échanges entre la Chine et la France.  

Après la destruction, que fallait-il faire ? Les urbanistes sont parvenus à ressusciter l’aspect architectural classique de la ville de Saint-Malo construite à nouveau en granit de Chausey, tout en améliorant les conditions de confort et de circulation. Les premiers plans de la reconstruction de Saint-Malo intra-muros sont dus au grand prix de Rome Marc Brillaud de Laujardière. Louis Arretche, grand prix de Rome et architecte reconnu à l’époque qui reprend les esquisses de Brillaud précise : « la réussite de la reconstruction dépend avant tout du profil et de l’aspect des quatre façades maritimes et portuaires de la cité » de Saint-Malo, rare ville française qui peut se découvrir d’un même regard et sur tous les côtés. « Restituer prioritairement les quatre grandes façades de la ville afin de lui donner sa silhouette antérieure et de déterminer le gabarit du vaisseau ». Suivant la volonté de Raymond Cornon, Louis Arretche conserve les profils de la cathédrale et du château, bâtiments qui fixent les lignes maîtresses du volume d’ensemble. À l’intérieur, une plus grande liberté procède à la reconstruction des immeubles. La reconstruction de l’hôpital et de la prison hors les murs libère une grande surface, ce qui permet à Arretche d’élargir les rues. Il instaure des hauteurs d’immeubles avec des étages de 3 à 6 niveaux. Les façades sont construites avec une grande sobriété sans élément somptuaire, en jouant uniquement sur le décrochement des terrasses pour protéger les commerces. Les toitures ont des pentes à 50 et 60 degrés. Le granit de Chausey et l’ardoise sont imposés, sans oublier le béton brut de décoffrage.

Nous visiterons la ville intra-muros dans un second temps afin de voir au plus près ses bâtiments anciens (château, tour Quic-en-groigne, la plus ancienne maison de Saint-Malo du XVe siècle, cours de la Houssaye, la Cathédrale…) et les immeubles de la reconstruction des années 50, sans oublier de faire « le tour des murs » ou des remparts. Ce voyage sur Saint-Malo se terminera par une séance shopping qui  permettra à nos visiteurs chinois d’apprécier les produits malouins.

 

  

La Chine demain, une civilisation écologique ?

L’environnement est devenu un enjeu particulièrement crucial en Chine ces dernières années. Au-delà de ses émissions de gaz à effet de serre, le pays souffre de pollutions de ses fleuves, ses sols et ses eaux souterraines. Les particules fines, dues à la prépondérance du charbon dans la production d’électricité, par exemple rendent l’air quasi irrespirable à Pékin. La pollution est  devenue au fil du temps un problème majeur de santé publique et le gouvernement chinois a commencé à en mesurer le risque pour sa croissance économique. Les entreprises chinoises des énergies renouvelables ont trouvé sur leur marché intérieur de gigantesques débouchés pour des produits de plus en plus élaborés. Le pays est devenu en quelques années le champion incontesté de la croissance verte (panneaux solaires…). La Chine investit désormais en masse dans l’éolien et le solaire, notamment dans l’habitat. Le nouveau plan quinquennal pour 2016-2020 rendu public il y a quelques jours, introduit le concept de « civilisation écologique ». Il prévoit d’accentuer encore l’effort dans ces secteurs au détriment du charbon. Les villages ruraux chinois vont aussi participer à cette révolution verte. Puissent nos exemples autour du développement durable, à Louvigné Communauté et à Langouët leur apporter toutes proportions gardées, des éléments d’inspiration et … nous aider à développer des partenariats avec la Bretagne.

 

Contributeur : Évelyne Ollivier-Lorphelin,
Photo à la une : photographies réalisées à Qufu en septembre 2008 par Évelyne Ollivier-Lorphelin ; Palais de Confucius, calligraphie chinoise 
Photographies : voir mention sous les photographies : Évelyne Ollivier-Lorphelin, Jean-Pierre Lorphelin et Mikaël Laurent de Bruded. Les photographies présentées ne sont pas libres de droit.
Directeur de la publication : Yannick Morin, Président de France Chine International

 

Notes

1 le village de Hongcun dans l’Anhui où a été prise cette photo, est payant ! Des barrières sont installées à l’entrée !
2 « Chevron rapporté à la base d’un versant pour adoucir la pente de l’égout »

 

Sources

Unesco – Anciens villages du sud du Anhui – Xidi et Hongcun
Le monde diplomatique novembre 2015 ;Paysans chinois entre cueillette et Internet ; Au village des Zha 
Louvigné communauté
Bretagne rurale et rurbaine  » Bruded « 
Langouët, une commune écologique bretonne qui innove avec ses habitants

 

Informations journalistes

Un espace presse sera mis à votre disposition le 10 novembre. Vous pourrez disposer de la feuille de route et du conducteur pour vous permettre, si vous souhaitez nous rejoindre, d’avoir les horaires de lieux visités. Des photographies seront réalisées tout au long du parcours. Elles seront mise en ligne, à votre disposition dans le cadre de vos publications, dans l’après-midi du  13 novembre. Sur l’espace presse, vous trouverez également nos coordonnées téléphoniques.

 

Participez à des projets d’avenir franco-chinois
Si vous êtes intéressé par l’approche adoptée par France-Chine-International et si vous souhaitez prendre part à ou lancer un projet, notre bureau se tient à votre disposition.
Contact : contact@france-chine-international.com 

 

Rejoignez-nous sur Facebook 

Le Facebook de France Chine International
Rejoignez France Chine International sur Facebook
Mont Saint-Michel en Octobre 2015

Le mont Saint-Michel, digital bay entre Bretagne et Normandie, ouverte sur le monde

L’Association des Cadres Bretons à Paris lance une campagne de financement participatif en faveur de la renaissance « hors-les-murs » du mont Saint-Michel. Et à terme, permettre à la Merveille de l’Occident de tisser une toile en Orient.   D’après le communiqué proposé par Yves Auffrey et par Kevin Lognoné, respectivement Président et  Vice-Président de l’Association de … Lire la suiteLe mont Saint-Michel, digital bay entre Bretagne et Normandie, ouverte sur le monde