La Bretagne pourrait réactiver une diplomatie d’influence, à l’image des mathématiciens du Roy

La Bretagne pourrait réactiver une diplomatie d’influence, à l’image des mathématiciens du Roy

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Aujourd’hui, comment la Bretagne peut-elle réactiver une diplomatie d’influence ?

 

Dans le cadre de nos échanges avec les différentes associations, l’Association des Cadres Bretons, nous a sollicités pour répondre à trois grandes questions qui intéressent l’avenir de la Bretagne. L’une d’entre-elle pose la question suivante : « Si ce furent d’abord les échanges commerciaux, qui ont développé des relations entre l’Europe et la Chine ; ce furent aussi les relations intellectuelles, et par exemple celle des célèbres six missionnaires «mathématiciens» du roi Louis XIV, qui partirent de Bretagne en 1685 et qui ont inauguré un véritable commerce des lumières. Comment la Bretagne pourrait-elle réactiver cette diplomatie d’influence ? » 
Dans le précédent article sur les mathématiciens du Roy nous avons fait la lumière sur une histoire quelque peu oubliée de notre passé qui a été un modèle de rencontre entre la France et la Chine. Le deuxième article rédigé par Benoît Morin apporte notre point de vue sur la diplomatie d’influence au XXIe siècle entre la Bretagne et la Chine. Ces articles seront recueillis dans un livre blanc collectif intitulé « l’Hermine et le Lotus ».

 

Résumé de l’article sur les mathématiciens du Roy par Évelyne Ollivier-Lorphelin

Au XVIIe, six pères jésuites français partent pour la Chine,  sous l’égide de l’Académie des Sciences et du mécénat royal de Louis XIV. Ils sont porteurs d’un savoir récent, d’un niveau scientifique élevé et d’un matériel de précision. Colbert veut posséder des cartes exactes, facilitant la navigation et le commerce vers l’Extrême-Orient et se positionner par les sciences auprès de l’empereur chinois Kang Xi. Pour les jésuites missionnaires l’intérêt de la mission d’évangélisation se superpose à l’intérêt des sciences. Ils appliquent 4 principes, adaptation à la culture chinoise, évangélisation par les élites chinoises, utilisation de la science comme facteurs de séduction et ouverture aux valeurs chinoises et à la tolérance. Une querelle « des rites » dirigée par Rome contre les jésuites mettra fin à plus d’un siècle d’intégration et de reconnaissance en Chine. Leurs écrits et traductions, passeurs de savoir entre l’Occident et l’Orient, vont contribuer, à nourrir la réflexion des philosophes des lumières… 

 

 

Quelle stratégie de diplomatie d’influence
adopter dans un monde moderne ?

 Une des réponses apportées par l’association France Chine International : celle de Benoît Morin publiée dans le Livre blanc de l’ACB

 

Dans le cadre de la diplomatie d’influence, nous nous basons sur le concept « des piliers d’influence », à savoir :

Le principe d’autorité, nous ramène naturellement à une approche du pouvoir en place, qu’il soit politique, économique, culturel et spirituel. Le plus important pour conclure des affaires entre les chinois et les Français est d’avoir les mêmes niveaux d’interlocuteurs.

Le principe de pression sociale permet de déduire les intérêts des populations chinoises. Les chinois sont dans un principe de mimétisme des catégories sociales supérieures. Il est important de comprendre les mouvements et la direction de la pression sociale pour maximiser le résultat des actions menées pour faire rayonner la culture française parmi le peuple Chinois.

Le principe de réciprocité se concentre sur la nature de nos relations avec nos partenaires chinois. Trop souvent, les échanges commerciaux ou politiques sont de nature gagnant-perdant. Ils induisent un sentiment de défiance vis-à-vis des Occidentaux. Il est essentiel de se positionner dans un principe gagnant-gagnant et pas uniquement sur un plan strictement contractuel, mais aussi empathique.

Le principe de rareté est largement compréhensible. Il s’agit de proposer des solutions uniques et considérer ses interlocuteurs comme importants. Le principe de la sympathie est de l’ordre de la bienveillance. Il faut que toute relation avec la Chine soit sous cet axe. Ce qui aujourd’hui n’est pas toujours le cas, nous sommes plus dans des considérations mercantiles ou politiques.

Mais le principe le plus important c’est la cohérence. Nous faisons ce que nous disons. Malheureusement la plupart des actions entamées restent lettres mortes du fait de démotivation de l’une ou l’autre des parties. Souvent du fait d’incompréhension culturelle.

 

Chaque partie,  – les politiques, les entités économiques, la société civile –  ne peut y arriver à elle seule.
Il faut des actions transversales, regroupées et permettant d’avoir des retombées à court ou moyen terme.

 

Diplomatie d’influence : les actions à prévoir

Commençons par utiliser les réseaux (Guanxi en chinois) que nous avons et démarrons des relations bienveillantes avec notre partenaire Chinois. Une multitude d’actions est envisageable dans les domaines sportifs, culturels et économiques.

Nous avons en France des champions dans l’IT, les biotechnologies, l’énergie, la robotique, les nouveaux modèles agricoles, l’économie et l’environnement. Justement ce sont les besoins de la Chine.

Cela ne sera pas nos grands groupes qui pourront nous aider à avoir une influence en Chine mais notre tissu de formidables PME, associations ou simples citoyens. Ce sont eux qui seront les plus souples, les plus transversaux pour permettre à la France de s’implanter durablement en Chine.

Les verrous socio-techniques sont moindres en Chine, il est possible de participer à la mutation de ce géant grâce à nos innovations qui mettront beaucoup plus de temps à se déployer en France.

En vue d’une diplomatie d’influence, il suffit pour certaines actions d’un coup de pouce des politiques pour faire un effet de levier significatif et arriver à des retours concrets et rapides en France et pour les régions.   

 

Contributeur : Benoît Morin, en charge de la commission économique de France Chine International
Rédacteur en chef, intégration et SEO : Evelyne Ollivier-Lorphelin ; Illustration© : oeuvre photographique : Evelyne Ollivier, tout droit réservé.
Directeur de la publication : Yannick Morin, Président de France Chine International

 

Livre blanc l’Hermine et le Lotus   Télécharger

 

Pour en savoir plus

Une diplomatie d’influence au XVIIe siècle ou comment les intérêts de l’État se conjuguent aux intérêts des jésuites avec les mathématiciens du Roy
Le système des Guanxi
La diplomatie sportive entre la Bretagne et la Chine, un tremplin de croissance ; et si l’enseignement du football de haut niveau délivré en Bretagne était un point d’entrée pour faire des affaires avec les entreprises chinoises ?
Futures stars, les espoirs du football chinois en Bretagne, en vidéo
Au Centre Henri Guérin de Ploufragan, les futures stars du football chinois viennent apprendre la tactique du jeu breton
La médaillée d’or en tir à l’arc aux jeux Olympiques de Pékin 2008, Zhang Juanjuan en visite en Bretagne
Développement durable : des villages ruraux et rurbains à l’honneur en Bretagne
Mission d’étude Patrimoine rural et développement durable en images
Victor Segalen ou le fabuleux destin d’un breton
La diaspora bretonne, fer de lance d’une diplomatie économique régionale

 

Influence, the Psychology of Persuasion « Influence, la psychologie de la persuasion » édité en France sous le titre Influence et manipulation de B. Cialdini, psychologue social américain
« The Science of persuasion », Scientific American, vol. 284,‎ , p. 76–81

 

Participez à des projets d’avenir franco-chinois

Si vous êtes intéressé par l’approche adoptée par France-Chine-International et si vous souhaitez prendre part à ou lancer un projet, notre bureau se tient à votre disposition.
Contact : contact@france-chine-international.com 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

1 réflexion au sujet de “La Bretagne pourrait réactiver une diplomatie d’influence, à l’image des mathématiciens du Roy

  1. Je rebondis sur le principe de réciprocité:
    Des échanges gagnant/gagnant:
    En 1985 la famine frappait l’Éthiopie.
    Le monde entier s’est alors mobilisé et a orienté son aide humanitaire vers ce pays.
    En faisant de recherches, quelle ne fut pas ma surprise de constater que
    de l’aide humanitaire était partie de ce pays en direction le Mexique!!!
    Pour comprendre cela, il faut revenir 50 ans avant quand le Mexique a apporté son aide militaire pour défendre l’Éthiopie de l’invasion des Italiens.
    50 ans plus tard, le Mexique a subi un tremblement de terre.
    L’Éthiopie s’est mobilisée pour venir en aide aux sinistrés du tremblement de terre…
    Et ce, alors même que les Éthiopiens mouraient de faim…
    Le principe de réciprocité a la vie dure et il repose sur une action réelle.
    L’important dans nos relations au quotidien est d’apporter de la valeur à notre interlocuteur. Sans attendre de retour, évidemment. Mais si on se place dans cette logique, la valeur que l’on donne nous sera rendue à terme. 🙂
    Donnez sans compter et soyez heureux de faire le bien autour de vous. Voilà la base d’une vraie relation gagnant/gagnant.
    En business, c’est pareil. Le tout est de savoir ce qu’on peut donner comme valeur. Et cette valeur n’est pas forcément matérielle. 🙂

Laisser un commentaire