Festival Interceltique

Les bagadoù, la musique comme pont entre traditions bretonnes et modernité

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

La Bretagne est une terre de traditions, et la musique bretonne constitue une vitrine exceptionnelle de la culture régionale. Les bagadoù1, groupes de musique bretonne, reprennent les nombreux morceaux traditionnels, avec les instruments emblématiques du folklore breton. Mais ces formations musicales offrent également de nouvelles mélodies, de nouveaux ensembles musicaux qui s’inspirent des airs traditionnels, en y alliant une touche de modernité. Ils sont le reflet du dynamisme de la culture bretonne, et de l’adéquation de l’identité bretonne avec l’époque actuelle.

La musique de bagad, reflet d’une culture bretonne vivante

En France et à l’étranger, plus de 300 bagadoù répertoriés font sonner2 leur musique. Ces formations musicales performent dans le cadre du championnat national des bagadoù, ou à l’occasion d’événements ponctuels tels que les festoù deiz, festoù noz3 et festivals4 bretons estivaux, mais aussi lors de déplacements à l’étranger. Ils sont composés de musiciens dont le nombre varie d’un ensemble à un autre. La diversité générationnelle, professionnelle et personnelle présente entre les membres d’un même bagad constitue une richesse très importante qui influence souvent les compositions musicales de chaque groupe. Les musiciens ont en commun une passion pour la culture bretonne, mais la musique de bagad ne se limite pas à ces valeurs communes. Bien souvent, les performances les plus remarquées sont le fruit d’une fusion de divers horizons.

Ces ensembles de musique bretonne menés par un penn-soner5, s’illustrent avant tout par des compositions originales et ne se cantonnent pas à la reprise stricto sensu de morceaux traditionnels. Au même titre que les cercles celtiques6 auxquels ils sont parfois liés, les bagadoù sont un exemple du dynamisme culturel breton. Certaines productions musicales sont des communions de genres musicaux populaires, contemporains avec la puissance et l’authenticité de la musique bretonne. Par exemple, à travers le morceau Le Bagad de Lann Bihoué7 interprété par Alain Souchon en 1979, accompagné par le bagad éponyme, la musique de bagad s’invite dans la chanson française. La notoriété de l’auteur-compositeur-interprète contribue à faire connaître ces groupes de musique bretonne auprès du public français et international. La chanson sera ensuite reprise par le groupe lorientais Soldat Louis qui évolue dans un répertoire original mêlant rock et musique traditionnelle bretonne. D’autres artistes tels que l’auteur-compositeur-interprète et musicien multi-instrumentiste d’origine bretonne Alan Stivell, ou l’artiste et guitariste breton de renom Dan Ar Braz composent des morceaux dont les sonorités sont similaires à celles de la musique de bagad. Le premier, membre du bagad parisien Bleimor dans sa jeunesse, retranscrit cette influence dans nombre de ses compositions. Le second, natif de Quimper, dans le Finistère, débute en tant que guitariste d’Alan Stivell, et ces années lui permettent d’appréhender la richesse de la culture bretonne dans son ensemble. Il fait appel à des bagadoù dans quelques-uns de ses morceaux. Plus récemment, en 2011, le Bagad Karaez bagad de Carhaix, dans le Finistère – et l’artiste DJ Zebra se sont associés à l’occasion des vingt ans du Festival des Vieilles Charrues. Le disc-jockey connu pour les bootlegs qu’il réalise dans l’émission radiophonique Zebramix a exporté le concept sur scène, accompagné du Bagad Karaez pour l’interprétation des enchaînements de morceaux au-préalable assemblés par DJ Zebra. Ces différents exemples démontrent que la musique de bagad n’est pas un genre musical. C’est avant tout un état d’esprit et des valeurs qui peuvent se retrouver dans toute forme de composition musicale.

Les bagadoù, une vitrine musicale sur la culture bretonne

Un bagad est formé de trois familles d’instruments : les bombardes, les biniou ou biniou-kozh et les percussions. Les musiciens, sont répartis conformément à cette division instrumentale. On dit alors que le bagad est composé de trois pupitres. La bombarde appartient à la famille des hautbois, et produit un son plutôt aigu et très fort. D’ailleurs, en latin bombus signifie « bruit lourd ». Les biniou ou biniou-kozh sont les cornemuses utilisés en Basse-Bretagne. Les joueurs de bombarde et de biniou sont appelés soner sonneurs – en breton. Le pupitre percussion d’un bagad rassemble traditionnellement caisses claires et grosses caisses.

Les bagadoù performent habituellement en plein air, sous forme de défilés. Ces dernières années, le format scénique est également exploité par les bagadoù, mais les « codes » traditionnels sont respectés. En effet, les membres d’un bagad portent le costume du pays historique, de la ville ou du quartier auquel la formation musicale est rattachée. En portant ces habits emblématiques, les sonneurs représentent leur localité. Ce lien territorial est une forme de fierté pour tout bagad car il est inhérent à la création de ces ensembles de musique bretonne dans la région Bretagne. Outre le port du costume breton, les musiciens sont répartis sur scène comme lors de processions en fonction de l’instrument qu’ils jouent. Les trois pupitres formant tout bagad doivent être visuellement identifiables pendant une représentation. Enfin, ces formations musicales évoluent toujours en marchant au pas. Ce dernier point facilite la synchronisation des sonneurs entre eux, et est très révélateur de la rigueur imposée par la musique de bagad.

Cette vitrine visuelle, sonore, mais aussi un état d’esprit qui consiste à se servir des traditions pour faire vivre cette culture musicale bretonne, constituent les éléments essentiels qui forgent la fierté de tout sonneur. Les bagadoù offrent un aperçu de la richesse et de la vitalité de la culture en Bretagne.

 

 Contributeur : Yvane Abiven – stagiaire community management à FCI

Photographie© Bagadoù : Marque Bretagne

Rédacteur en chef : Évelyne Ollivier-Lorphelin ; Community management et SEO : Évelyne Ollivier-Lorphelin

Directeur de la Publication : Yannick Morin, Président de France-Chine-International.

 

 

Découvrez l’univers de la musique bretonne

Pour obtenir toute information sur les spectacles à venir, ou entrer en contact avec un bagad, faîtes-vous connaître auprès de la commission culture de France-Chine-International.

Contact : contact@france-chine-international.com 

 

À lire aussi

Festival des Vieilles Charrues : recette locale au rayonnement international

Les cercles celtiques, viviers culturels d’une Bretagne contemporaine

 

Références

1 Au singulier : « bagad » ; au pluriel « bagadoù » en breton, ou « bagads » en français.

2 Un musicien de bagad – « soner » en breton – ne joue pas de la musique, mais sonne.

3 « Festoù deiz » et « Festoù noz » signifient respectivement « fête de jour » et « fête de nuit », et sont des fêtes traditionnelles bretonnes lors desquelles musiques et danses bretonnes sont pratiquées.

4 Voir aussi l’article : « Festival des Vieilles Charrues : recette locale au rayonnement international »

5 Le « Penn-soner » ou « Penn-sonneur » est l’équivalent du chef d’orchestre pour un bagad.

6 Voir aussi l’article : Les cercles celtiques, viviers culturels d’une Bretagne contemporaine

7 Le Bagad de Lann Bihoué est un ensemble formé au sein de la marine nationale française.

 

Pour en savoir plus :

Encyclopédie en ligne Wikipedia, Bagad.

Alan Stivell.

Dan Ar Braz

Bagad de Lann Bihoué

Alain Souchon

Soldat Louis

Bagad Karaez.  

DJ Zebra – Site Zebramix. 

Encyclopédie en ligne Wikipedia, Bombarde

Encyclopédie en ligne Wikipedia, Biniou.

 Encyclopédie en ligne Wikipedia, Caisse Claire

Encyclopédie en ligne Wikipedia, Grosse Caisse

 

Rejoignez-nous sur Facebook 

Le Facebook de France Chine International
Rejoignez France Chine International sur Facebook

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire