Rennes – Qufu : une coopération de trois années avec la ville natale de Confucius

Rennes – Qufu : une coopération de trois années avec la ville natale de Confucius

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Rennes – Qufu :
une expérience réussie de coopération institutionnelle
les facteurs de succès : 
une volonté politique de la ville de Rennes et le transfert d’expériences associés à la médiation culturelle 

 

Dans le cadre de nos échanges avec les différentes associations, l’Association des Cadres Bretons, nous a sollicités pour répondre à trois grandes questions qui intéressent l’avenir de la Bretagne. L’une d’entre-elle pose la question suivante :  » quels grands personnages bretons ont joué un rôle de passeur, de pont inter-culturel entre la Chine et l’Europe ?  » Dans un précédent article sur Victor Segalen, Yannick Morin, Président de France Chine International, mettait en valeur le fabuleux destin d’un Breton finistèrien, médecin, romancier, poète, ethnographe, archéologue et sinologue. Ici ce n’est pas un homme, mais une Institution qui grâce à la médiation culturelle a pu mener à bien une mission de protection et de mise en valeur du patrimoine en Chine. Le développement d’un tourisme de qualité, respectueux de ses habitants, évitant la ville-musée et les dérives commerciales était un des axes majeurs de la collaboration avec la Ville de Rennes. Ces articles seront recueillis dans un livre blanc collectif intitulé « l’Hermine et le Lotus ». Pour compléter cette information, nous vous recommandons de lire l’article de Jocelyne Bougeard, publié dans ce livre blanc. Jocelyne Bougeard est adjointe au Maire de Rennes, déléguée aux relations internationales et aux relations publiques.

 

Témoignage par Bertrand Guidon, membre de France Chine International, acteur de la commission aménagement et communication, coordinateur technique du projet Asia Urbs for Qufu

Qufu était encore en 2005 un gros village, à l’échelle chinoise. C’est-à-dire une agglomération de 200 000 habitants…  La ville a déjà beaucoup changé, ce que j’ai pu constater moi-même en y retournant en mai 2014. Elle est aujourd’hui reliée à Pékin et Shanghaï par un train à grande vitesse. Mais, malgré sa petite taille, Qufu est connue de tous les Chinois du fait de Confucius. On y trouve le Temple de Confucius, qui est l’ensemble monumental le plus important de Chine après la Cité Interdite (700 m de longueur), la Résidence de la famille Kong (450 pièces sur 14ha, datant du XIVème siècle) et la « Forêt » de Confucius, gigantesque cimetière « familial » de 200 ha où se trouvent les tombes de Confucius et de son fils, mais aussi de milliers de descendants, la ville comptant toujours de très nombreux membres de la famille. Le Temple et la Résidence sont au cœur de la « Cité Ming », entourés de ruelles et de maisons basses souvent cependant reconstruites et rehaussées. La Cité Ming est ceinturée par des remparts. Temple, Résidence et Forêt ont été classés au patrimoine mondial de l’humanité en 1994.

 

Diplomatie d'influence, projet Asia urbs ; Ville de Rennes et ville de Qufu - valorisation du patrimoine, développement d'un tourisme respectueux
Projet Asia Urbs – Rennes – Qufu, ville natale de Confucius ; © photos Bertrand Guidon

Une relation directe entre trois villes

La coopération entre Rennes et Qufu prit place dans un programme partiellement financé par l’Union européenne dans les années 2000, du nom de Asia Urbs, qui visait à développer des relations directes de coopération entre des villes européennes et des villes d ‘Asie. Il y avait deux programmes pour la Chine, dont le projet qui associait Rennes et Saint-Jacques de Compostelle (Espagne) pour coopérer avec Qufu. Le budget du projet s’est élevé à un million d’euros.

Un transfert d’expériences

L’objectif était de faire profiter Qufu de l’expérience de villes françaises dans deux domaines pour lesquels  Rennes et Saint Jacques de Compostelle étaient connues pour leurs politiques novatrices et efficaces en vue d’assurer :

  • la protection et la mise en valeur du patrimoine urbain ordinaire environnant Temple et Résidence, par opposition à une pratique alors fréquente de démolition trop systématique des quartiers d’habitat anciens

  • le développement d’un tourisme de qualité, en évitant la « ville-musée » et les dérives commerciales non respectueuses du patrimoine, Qufu accueillant déjà plus de 5 millions de touristes en 2005, Chinois essentiellement.

Les trois années de coopération (2005-2007) furent marquées par des échanges de visites de responsables politiques, à Qufu et dans les deux villes européennes, mais surtout par une relation directe de travail entre les services des trois villes, avec notamment une dizaine de mission de 10 à 15 jours à Qufu, impliquant des architectes, urbanistes, ingénieurs, renforcés par des experts internationaux qui furent associés au projet, ainsi que par une équipe de la prestigieuse Université Tongji de Shanghaï. En outre un jeune architecte français avait été recruté pour une présence sur place permanente aux côtés de l’équipe chinoise.

Au travers d’inventaires et de cartographie, de réunions de travail, de visites de terrain, de discussions de projets, avec également trois séminaires internationaux (dont un à Rennes), un cadre et une méthodologie furent ainsi établis pour le développement de la ville. Les services de Qufu bénéficièrent aussi d’une véritable formation aux approches occidentales de la question du patrimoine.

 

La nécessité de la médiation culturelle

Une des leçons de cette passionnante expérience est, dans le cas d’un travail avec des Chinois, de bénéficier de médiateurs culturels de qualité. Une coopération effective entre équipes appartenant à des pays de langues et de cultures aussi différentes ne peut être efficace, au-delà de la bonne volonté réciproque, sans l’aide de médiateurs culturels ayant une bonne connaissance des deux cultures.

Ceci passe par le recours à un interprète francophone de haut niveau, si possible y compris dans le domaine de la mission car il ne s’agit pas seulement de traduire des propos de table… Ceci est passé aussi, dans notre cas par le recours à des experts ayant déjà une longue expérience professionnelle en Chine, dont un Chinois vivant à Paris. Ce dernier, notamment, fut plusieurs fois en mesure de réduire des situations d’incompréhension entre les deux parties, ce qui permit d’avancer rapidement et efficacement.

Il s’agit là d’une expérience de coopération institutionnelle, certes. Mais cette nécessité de médiation culturelle est aussi, à mon avis, un facteur de succès essentiel pour des opérations commerciales en Chine, ou pour travailler efficacement avec des fournisseurs ou des sous-traitants chinois. Il y a là un débouché intéressant pour les nombreux étudiants chinois en France, qui sont nombreux à Rennes, dont pourraient bénéficier les entreprises bretonnes désireuses de travailler en Chine. Quelques jeunes sociétés de services existent déjà pour cela. Il serait intéressant de les encourager à se développer en y recrutant ces jeunes Chinois ou d’autres plus expérimentés.

 

Contributeur France Chine International : Bertrand Guidon, ancien urbaniste à la Ville de Rennes, coordinateur technique du projet Asia Urbs for Qufu Membre de France Chine International
Photographies accompagnant le texte : ©Bertrand Guidon
Rédacteur en chef, intégration et SEO : Evelyne Ollivier-Lorphelin, photographie à la une : Evelyne Ollivier, ©tout droit réservé
Directeur de la publication : Yannick Morin, Président de France Chine International

 

Téléchargez le livre blanc, l’hermine et le lotus sur la diplomatie d’influence Téléchargement

Pour en savoir sur le patrimoine rural du Shandong

Développement durable : des villages ruraux et rurbains à l’honneur en Bretagne
Visite en images de la mission d’étude de la délégation Patrimoine rural et développement durable de la Province du Shandong 

 Pour en savoir plus sur Qufu

Temple et cimetière de Confucius et résidence de la famille Kong à Qufu

Pour en savoir plus sur la diplomatie d’influence

Une diplomatie d’influence au XVIIe siècle ou comment les intérêts de l’État se conjuguent aux intérêts des jésuites avec les mathématiciens du Roy
Le système des Guanxi
La diplomatie sportive entre la Bretagne et la Chine, un tremplin de croissance ; et si l’enseignement du football de haut niveau délivré en Bretagne était un point d’entrée pour faire des affaires avec les entreprises chinoises ?
Futures stars, les espoirs du football chinois en Bretagne, en vidéo
Au Centre Henri Guérin de Ploufragan, les futures stars du football chinois viennent apprendre la tactique du jeu breton
La médaillée d’or en tir à l’arc aux jeux Olympiques de Pékin 2008, Zhang Juanjuan en visite en Bretagne
Victor Segalen ou le fabuleux destin d’un breton
La Bretagne pourrait réactiver une diplomatie d’influence, à l’image des mathématiciens du Roy

 

France Chine International – Qui sommes-nous ?

Mission/Vision de France Chine International

 

Participez à des projets d’avenir franco-chinois

Si vous êtes intéressé par l’approche adoptée par France-Chine-International et si vous souhaitez prendre part à ou lancer un projet, notre bureau se tient à votre disposition.
Contact : contact@france-chine-international.com 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire