droit français

France Chine International facilite les échanges sino-français en matière de Droit français, et sur les outils de mise en œuvre

Le droit français, un modèle d’inspiration pour 17 villes du Shandong France Chine International accueille une délégation de hauts fonctionnaires chinois avec le soutien de la Chambre régionale des comptes de Bretagne, et de l’Agence de Services et de Paiement   La Chine axe ses réformes juridiques sur les transferts de droit, prenant appui sur … Lire la suite

Xu Zhitong

Xu Zhitong, un grand artiste chinois

Une résidence d’artistes bretons avec Xu Zhitong, artiste chinois très connu en Chine Philippe André, Thoma Ryse, Annick Leroy, Valérie Courtet, Marc Lepilleur, artistes bretons, s’envoleront prochainement pour Wenzhou en Chine où il seront en résidence. Ils seront accueillis par l’artiste chinois très connu en Chine Xu Zhitong.  La mise en place de la résidence … Lire la suite

séjour éducatif

Un séjour éducatif pour de jeunes chinois de la Province du Shandong

Un séjour éducatif exemplaire et réussi qui en appelle d’autres La Chine est un pays qui s’ouvre un peu plus chaque jour, se traduisant par une multitude d’échanges et de partenariats dans de très nombreux domaines. L’internationalisation de l’éducation, et plus particulièrement de I’ enseignement, fait partie d’un axe majeur retenu par les autorités chinoises … Lire la suite

Cuju

Le cuju, sport ancien chinois, l’ancêtre du football ?

Né en Chine il y a plus de deux millénaires, le cuju est considéré, par quelques experts, comme la racine la plus ancienne du football. Ce sport pratiqué par les soldats chinois se jouait sans les mains avec un ballon rond rempli de plumes. Les militaires jonglaient et effectuaient des passes, juste un exercice d’entretien physique. Il n’y avait pas de buts.

中国未来之足球星

Stage FCI « Futures stars du football chinois » 中国未来之足球星 , Edition 2016

Deuxième édition du stage « Futures stars du football chinois » 中国未来之足球星 , organisé par France Chine International     Après un premier volet concluant en juillet 2015, le stage « Futures stars du football chinois » 中国未来之足球星 organisé par l’association France Chine International se renouvelle, et accueille 21 jeunes chinois et leurs 3 encadrants au Centre Technique Bretagne … Lire la suite

Team Solar Bretagne - TEAM JIA+

La TEAM JIA+ est arrivée en Chine !

La TEAM JIA+ effectue une « tournée » en Chine, du 4 au 30 juillet 2016     L’équipe Team Solar Bretagne, rebaptisée TEAM JIA+ pour représenter la France au Solar Decathlon 2017 organisé en Chine, est actuellement présente sur les terres de l’Empire du Milieu afin de développer le projet qui sera présenté en septembre 2017. … Lire la suite

NIU Guodong

Jinan à travers le temps : exposition photos de NIU Guodong

NIU Guodong (牛国栋) met à l’honneur les évolutions de la ville de Jinan (济南) dans le cadre d’une exposition photo en plein air     NIU Guodong (牛国栋) : exposition de la ville de Jinan dans la ville de Jinan     En ce moment, à Jinan, se déroule une exposition en plein air dans une partie … Lire la suite

Musée des Beaux-Arts de Jinan

Anne Bertier au Musée des Beaux-Arts de Jinan

L’artiste Anne Bertier expose au Musée des Beaux-Arts de Jinan, après Beijing et Shanghai     Anne Bertier : une artiste-pédagogue …     Exposée actuellement au Musée des Beaux-Arts de Jinan, Anne Bertier est l’auteur-illustratrice jeunesse emblématique de MeMo, une maison d’édition basée à Nantes. Grâce au réseau culturel français en Chine, son travail … Lire la suite

Pierre Clément

Pierre Clément, Chevalier de l’Ordre National du Mérite

Pierre Clément, un architecte cosmopolite fait Chevalier de l’Ordre National du Mérite   Le 19 mai dernier, Pierre Clément, architecte français de renom, s’est vu remettre les insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite, à l’Académie d’architecture, place des Vosges à Paris.   Pierre Clément, un architecte présent à l’international   Pierre Clément est actuellement … Lire la suite

Festival International du Cerf-Volant de Weifang 2016

Festival International du Cerf-Volant de Weifang, Edition 2016

Le Festival International du Cerf-Volant de Weifang 2016 a ouvert ses portes le 15 avril pour 3 jours de célébrations   La 33ème édition du plus grand Festival International du Cerf-Volant s’est déroulée les 15, 16 et 17 avril 2016 à Weifang, ville du centre de la province du Shandong qui compte 1,5 million d’habitants. … Lire la suite

Jeunes photographes chinois - Parlement de Bretagne

Jeunes photographes chinois de Jinan : découverte du cœur de Rennes à travers le regard d’enfants chinois

Jeunes photographes chinois et si la photographie était une autre façon de découvrir la Bretagne ? Partie 2 : La ville de Rennes à travers le regard de ces 23 jeunes chinois Les 3 et 4 avril, 23 jeunes adolescents chinois de Jinan sont venus découvrir la Bretagne au travers de la photographie. Le 3, une … Lire la suite

Photographie à La Gacilly

Jeunes photographes chinois de Jinan : Workshop photos à La Gacilly le 4 avril 2016

Jeunes photographes chinois et si la photographie était une autre façon de découvrir la Bretagne ? Partie 3 : Jeunes photographes chinois le 4 avril à La Gacilly Les 3 et 4 avril, 23 jeunes adolescents chinois de Jinan sont venus découvrir la Bretagne par et pour la photographie. Le 3, une première visite de la ville de Rennes … Lire la suite

calligraphe, maison, porte temple

Développement durable : des villages ruraux et rurbains à l’honneur en Bretagne

Accueil de la Délégation du Département au Logement
et la Rénovation rurale de la Province du Shandong

Dossier de presse France Chine International – 6 novembre 2015
Réalisation du programme et du dossier par Évelyne Ollivier-Lorphelin pour France Chine International

Fil Twitter
Suivez le déroulement de la journée sur le fil Twitter : #patrimoinefrcn

Avec 10 % de surfaces agricoles exploitables,
la Chine doit nourrir plus de 20 % de la population mondiale »

La terre arable et la capacité de nourrir ses habitants pour la Chine sont des enjeux stratégiques comme ceux de maintenir les populations rurales sur place. La Chine a entrepris un contrôle  de l’urbanisation plus rigoureux, face à la montée de l’immobilier qui a souvent procédé au détriment de l’agriculture en construisant sur des terres cultivables. L’urbanisation reste une tendance irrépressible car elle accompagne le développement économique. L’augmentation de la consommation de viande et les modifications des habitudes alimentaires requièrent de surcroît davantage de terres. Il faut ajouter en Chine le développement du tourisme de masse et la pression qu’il exerce sur les villages ruraux d’intérêt. le Département au Logement et de la rénovation rurale de la Province du Shandong a sollicité France Chine International pour comprendre comment en Bretagne, nous avons su conserver et adapter nos villages ruraux au XXIe siècle tout en préservant le patrimoine, en développant une activité économique, touristique et culturelle autour du développement durable.

 

 

Patrimoine naturel et bâti, l’enjeu de la préservation :
des territoires vivants et dynamiques

La Chine depuis les années 2000 a pris conscience de la valeur de son patrimoine rural et cherche à le préserver, non plus comme c’est encore parfois le cas, dans le cadre de villages musées1 qui ne seraient qu’une vitrine de ce qu’ils ont été autrefois, mais cherche désormais à conserver des territoires vivants et dynamiques. C’est tout l’enjeu de la préservation, de la gestion et de la mise en valeur du patrimoine naturel et bâti.

étudiants chinois des beaux-arts
Village de Hong Cun – Anhui – © photo : Evelyne Ollivier-Lorphelin – Mai 2009

 

Sculpture sur bois - Chine ©Evelyne Ollivier-Lorphelin - 2009
Sculpture sur bois du village de Hongcun dans l’Anhui – Chine – ©Evelyne Ollivier-Lorphelin – 2009

 

Les coopérations entre la France et l’Université Tongji de Shanghai ont mis en valeur dans la province du Guizhou, au sud-ouest de la Chine « la protection et le développement durable des villages et paysages culturels ». La très belle exposition sur le village de Zengchong à l’Institut Confucius de Bretagne en octobre dernier et la conférence tenue par les élèves architectes de Chaillot – école spécialisée dans le patrimoine – le 1er  octobre dernier à l’école d’architecture de Rennes, nous ont montré cette nouvelle orientation de la Chine.

 

En Bretagne, notre histoire, notre culture, notre vocation maritime et agricole nous rapprochent de la province du Shandong une province de près de 97 millions d’habitants, la plus peuplée de Chine après le Guangdong (plus de 105 millions). Le Shandong est un des grands berceaux de la civilisation chinoise, avec ses monuments et paysages représentatifs comme celui du temple et de la résidence de Confucius à Qufu et comme le mont Taishan près de Jinan. Le Shandong est la troisième plus riche province de Chine, qui au-delà des ses avancées dans les biotechnologies et le domaine de la santé, est aussi une terre maritime et agricole. Les coopérations entre la ville de Qingdao (jumelée avec Brest), Yantai (jumelée avec Quimper), Weihai (jumelée avec Vannes) … et Jinan (jumelée avec Rennes) font partie des relations qui ont pu être initiées depuis plus de 30 ans avec la Bretagne.

Patrimoine rural, une vie à Mellé
Patrimoine rural en Bretagne, une vie à Mellé ; © Evelyne Ollivier-Lorphelin

En mars dernier, France Chine International en partenariat avec l’ICB réunissait près de 300 personnes autour des smart cities chinoises dans la belle salle du conseil de l’hôtel de Rennes Métropole. Cette conférence en lien avec le Développement durable et les relations de confiance de longue date avec les membres de l’association France Chine International ont conduit la Province du Shandong à nous solliciter, pour cette fois découvrir comment nous avons su préserver et adapter nos villages ruraux ou rurbains au XXI siècle. A moins d’un mois de la COP21 à Paris, et quelques jours après la visite de notre Président de la République Française en Chine sur l’implication de la Chine dans la lutte contre le réchauffement climatique et la croissance verte, cette visite de hautes autorités chinoises de la Province du Shandong dans nos villages ruraux est tout un symbole pour notre territoire.

 

 

Les objectifs de restauration et réhabilitation du patrimoine en Bretagne

Les objectifs de restauration et de réhabilitation du patrimoine bâti en Bretagne répondent à cinq enjeux majeurs :

  1. patrimonial, par la préservation et la valorisation du patrimoine bâti existant,
  2. économique, en soutenant une économie locale dont la création d’une zone d’activité et/ou une activité culturelle
  3. social, grâce à la réhabilitation des bâtiments en logements sociaux,
  4. touristique, par la réhabilitation des bâtiments en gîtes ruraux,
  5. et environnemental, par la non consommation de terres agricoles pour l’urbanisation (réhabilitation du bâti).

 

 

Une diversité de solutions adaptées à la spécificité des territoires

Poilley et Mellé, deux villages ruraux de Bretagne,
de la communauté de communes de Louvigné Communauté
 

Ces villages situés à l’extrémité Nord-Est du département d’Ille-et-Vilaine, à un peu plus de 40 minutes de la Métropole Rennaise auraient pu sembler être voués à la désertification. C’était sans compter sur la volonté indéfectible du Président de la Communauté de Communes, Louis Pautrel et de ses élus. Sans activités économiques, disaient-ils, point de salut. Visionnaires, ils ont commencé, dans le cadre d’un accompagnement, par une étude systémique de leur territoire et par regarder sur l’ensemble de la chaîne de valeur les potentialités de Louvigné Communauté. Ils ont ensuite orienté le projet en fonction du marché en termes de différenciation. Cette approche confortée par un voyage de terrain en Belgique, les a conduits à proposer à Poilley, proche de l’A84 sur l’Arc Atlantique, une zone d’activité exclusivement réservée à l’agroalimentaire. Un des objectifs était également de proposer une première activité peu présente en Bretagne, une champignonnière qui pourrait servir de tremplin à l’implantation d’autres installations. Un combat de tous les instants leur a permis de créer un bâtiment blanc et d’implanter une unité de production de champignons de Paris grâce à un financement public/privé. Aujourd’hui, 80 nouveaux emplois sont annoncés.

culture sur couches de champignons de Paris
Champignons de Paris – Culture – © Evelyne Ollivier-Lorphelin

 

hortensia bleu à Mellé
Patrimoine – Mellé – Gîte rural – © E. Ollivier-Lorphelin

L’étude avait également mis en évidence la qualité paysagère et naturelle et l’importance et la qualité du patrimoine bâti rural issu du riche passé de ce territoire. Il existait par exemple, encore au début du XXe siècle une activité commerciale assez intense dans le village de Mellé comme le montrent les cartes postales anciennes. En effet, sur la quasi totalité des façades se trouvait une enseigne désignant l’activité du lieu. Des terres agricoles riches, légères et profondes, la présence de l’eau, sa politique de protection environnementale initiée grâce à la présence de ses rivières qui se jettent dans la baie du mont Saint-Michel, la mise en place de l’agenda 21 étaient autant de facteurs favorables à une croissance verte et au développement touristique du territoire.

Patrimoine rural à Mellé, commune de Louvigné Communauté, Habitat en granit réhabilité. Maison et Jardin. ©Evelyne Ollivier-Lorphelin
Patrimoine rural à Mellé, commune de Louvigné Communauté, Habitat en granit réhabilité. Maison et Jardin. ©Evelyne Ollivier-Lorphelin

Le village de Mellé, contigu à celui de Poilley, conserve encore aujourd’hui de nombreuses constructions anciennes, particulièrement au sud-est de l’église, partie du village dans laquelle il existe encore plusieurs constructions du début du 17e siècle. Le presbytère situé au nord et ses anciennes dépendances (logis, fournil, grange), ainsi que d’autres bâtiments dans le village datent du 18e siècle. Ces constructions anciennes présentent des particularités spécifiques : portes en plein cintre, baies chanfreinées, fortes pentes de toiture, présence d’un coyau2… Grâce à la mobilisation de ses habitants regroupés en association et avec l’appui de sa municipalité, Mellé avait déjà anticipé une démarche globale de développement durable. Elle avait permis de créer la maison Pierre et Nature désormais appelée Melléco qui propose un parcours touristique et pédagogique sur l’art et la biodiversité. Cette approche environnementale confortée par la mise en place de son centre d’interprétation du patrimoine et ses actions comme la création d’une exposition photographique de plein air « Hortus photographicus » tous les étés lui ont valu de nombreuses récompenses. 

Avec l’arrivée des entreprises agroalimentaires et des emplois créés, il s’agissait également de favoriser un habitat du XXIe siècle. Louvigné Communauté, souhaitait conserver ses terres agricoles en préférant la réhabilitation et la restauration du bâti existant à la création de lotissements situés en périphérie de bourg. Louvigné Communauté fait alors appel à l’Établissement Public Foncier de Bretagne qui propose alors une démarche expérimentale appelée « cœur de bourg ». Les habitants se mobilisent à nouveau avec leur municipalité avec l’appui de l’EPFB, pour créer une maison témoin du XVIIe siècle réhabilitée aux normes du XXIe siècle, et de type écohabitat. Ces belles maisons de granit de Louvigné communauté, situées à 24 minutes du château de Fougères, 40 minutes du mont Saint-Michel, 1h de Saint-Malo pourraient également devenir demain des gîtes ruraux ou accueillir des chambres d’hôtes agréables et confortables qui pourraient répondre à une clientèle de niche, qui concerne des clientèles d’origines française et étrangère. Les ressources  (produits de terroir, produits authentiques, mise en scène…) peuvent leur permettre de se positionner sur des niches commerciales spécifiques.

 

 

La Bretagne, pour les Chinois, un territoire à découvrir ou à approfondir

En cours de route, trois cas d’exemple de la diversité de nos solutions Bretonnes

Une auberge de terroir, référencée au Gault et Millau,
avec des produits frais, authentiques et de proximité
Montmuran, un château du moyen-âge breton du XIIe siècle, embelli au XVII et XVIIIe siècles
pour des réceptions d’exception
Une petite cité de caractère, Bécherel qui a su miser sur la culture et le livre.
Un clin d’œil calligraphique pour nos visiteurs chinois.

 

La Bretagne présente un potentiel considérable en termes de diversité de paysages et du bâti. Des petites villes de caractère, aux châteaux authentiques aux hébergements ruraux, notre territoire peut satisfaire les demandes d’authenticité, de typicité, d’esthétique et de confort. Les produits qui leur sont associés ont le plus souvent les qualités requises pour satisfaire une demande diversifiée.

 

photo culinaire - poivron
Gastronomie de terroir en Bretagne : Produits frais de saison – ©photo culinaire : Évelyne Ollivier-Lorphelin

 

Après avoir découvert au déjeuner le patrimoine culinaire breton à Cardroc, avec des ingrédients issus de producteurs locaux, nos invités chinois visiteront un château qui a traversé les siècles et porteur de l’histoire de la Bretagne : le château de Montmuran. Un château féodal avec sa tour du XIIe, son châtelet du XIVe siècle, son pont-levis toujours en état de marche et ses appartements des XVII et XVIII e siècle, symbole de l’art de vivre à la française. Afin de concilier la maîtrise budgétaire qu’impliquent de tels bâtiments et leur protection patrimoniale, les propriétaires de châteaux offrent très souvent des prestations de visite et d’accueil. Ils peuvent inclure, expositions, concerts, réceptions festives, d’entreprises, souvent haut de gamme… Ils abritent parfois un gîte rural ou des chambre d’hôtes et font aussi vivre des gîtes ruraux ou des chambres d’hôtes dans leur proximité.

Bécherel Petite cité de caractère
Maison à pans de bois à Bécherel, Petite cité de caractère, cité du livre – dite maison de la filandière, ancienne Hostellerie de l’Écu de Laval du XVIe siècle, maison à porche et à pans de bois en « brins de fougère » – ©Evelyne Ollivier-Lorphelin

Nous visiterons Bécherel, la cité du livre, petite cité de caractère, un label créé en Bretagne pour valoriser et redynamiser les petites cités au caractère historique. À Bécherel, l’association « Savenn Douar » avec le dynamisme de Colette Trublet a mis en place un développement culturel en milieu rural autour du livre afin de créer une dynamique favorable à la création d’emplois pour revitaliser le centre ancien qui se désertifiait depuis les années 1960. Nous apercevrons l’ancienne Hostellerie de l’Écu de Laval du XVIe siècle, maison à porche et à pans de bois en « brin de fougères ». Appelée aussi maison de la Filanderie en raison du riche passé de Bécherel portée par son marché de fils de lin, revendus par les marchands en Flandres. Un petit clin d’œil à l’art de l’écriture chinoise ancienne sera apporté par un calligraphe latin de renommée internationale, Richard Lempereur

 

calligraphe à Bécherel
Bécherel, petite cité de caractère, cité du livre, le calligraphe Richard Lempereur photo : Évelyne Ollivier-Lorphelin

 

 

 

Langouët, une commune rurbaine, une approche développement durable

Langouët, petite commune située à 20 minutes de la Métropole rennaise est une commune rurbaine. Son Maire Daniel Cueff est également Président de l’Établissement Public Foncier de Bretagne.
Ni ruraux ni citadins, les habitants de Langouët vivent à la campagne mais travaillent à Rennes Métropole, c’est-à-dire en ville. L’Insee en livre une définition statistique : est dite périurbaine une commune qui ne « touche » pas le pôle urbain – constitué de la ville centre et de sa banlieue – mais qui en dépend économiquement parce que 40 % au moins de sa population y travaille. En France les espaces périurbains ont enregistré la plus grande croissance démographique entre 1982 et 2011. À Langouët, très tôt une réflexion de fond s’est mise en place pour lutter contre l’étalement urbain et construire selon les modes de développement durable. Langouët, c’est aussi une cantine 100 % Bio, une production électrique  supérieure à sa consommation, deux lotissements écologiques, un pôle économie sociale et solidaire, la Cambuse, un bar associatif, une démarche Zérophyto, ses TAP ouTemps d’Activités Périscolaires gratuits pour les enfants, et un développement durable partagé : Bruded.

 

Un cas d’exemple : le lotissement de La Pelousière

Nous visiterons le lotissement de la Pelousière. Présentation du lotissement avec l’aimable autorisation de reproduction des textes de l’association Bruded
Bruded est une association, née en 2005, sous l’impulsion d’une poignée de petites communes rurales bretonnes fortement engagées dans des projets d’urbanisme durable. Ces pionnières ont décidé de mutualiser leurs réflexions et leurs moyens au sein d’un réseau solidaire d’échanges d’expériences et de réalisations de développement durable. Ce sont des élus qui parlent aux élus. Aujourd’hui, Bruded compte plus de 120 communes sur les 5 départements bretons.

 

Maison ossature bois
Ecoquartier de La Pelousière – Langouët ©photos Mikael Laurent – Bruded

 

« Le terrain du lotissement de la Pelousière, d’une surface d’environ 1 hectare sur un versant Sud donnant sur une zone naturelle protégée et attenant à un bois. Le programme se compose de 12 maisons en accession à la propriété et de 6 logements collectifs en locatif social, sur la base de la Charte ADDOU (Approche Développement Durable dans les Opérations d’Urbanismes), avec un objectif commun : créer pour des familles modestes, un environnement et un habitat durable, sain et économe en énergie ». 

Principes de mise en oeuvre retenus

  • Favoriser la mixité sociale : diversification des typologies d’habitats (logement individuel en accession sociale et logement en collectif social). Prix de vente arrêtés 188 euros TTC/m² terrain compris pour les maisons

  • Produire un habitat économe et propre. Les maisons et le collectifs sont au niveau BBC : orientations Nord-Sud, chauffage bois, isolation renforcée, eau chaude sanitaire, matériaux sains (bois non traité, ouate de cellulose, peinture et lasure sans COV, revêtement de sol en caoutchouc)

  • Promouvoir des formes d’habitat adaptées à Langouët et respectant les principes du développement durable (insertion dans le paysage, limitation des emprises privées, forte densité qui s’insère dans le paysage rural)

  • Préserver la qualité de l’eau et réduire les consommations d’eau potable : technique alternative de gestion des eaux pluviales et Limitation des surfaces imperméabilisées

  • Renforcer la participation et la cohésion sociale : chantier participatifs avec les futurs habitants (encadré par les compagnons bâtisseurs de Bretagne)

  • Favoriser les modes de déplacements doux : largeur de la voirie limitée, pas de stationnement sur la voirie, Création d’espaces paysagers de rencontre

 Une approche globale, par Daniel Cueff, Président de l’ Établissement Public Foncier de Bretagne

Daniel Cueff présentera à la Mairie de Langouët les grands principes, les objectifs et les actions mises en œuvre par l’EPFB sur l’ensemble de la Bretagne. Un pot de l’amitié avec des produits du terroir viendra renforcer les perspectives d’ouverture et de partenariat avec la Chine et plus spécifiquement avec sa Province du Shandong.

 

 

Rennes, la métropole

 Enfin une visite de Rennes s’effectuera en soirée : maisons à pans de bois, ville du XVII, XVIIIe, XXIe siècle et shopping.

 

 

Saint-Malo
une ville historique préservée et réhabilitée
après les destructions de la seconde guerre mondiale

Nos visiteurs chinois ont désiré découvrir Saint-Malo pour comprendre comment nous avions pu dans les années 50 redonner à cette ville historique tout son caractère, en intégrant les concessions faites à la vie moderne, notamment en termes de circulation automobile et de salubrité publique. A l’échelle de la Chine, Saint-Malo reste une petite ville qui toutefois est intéressante par sa dimension historique et touristique.

 

Pour découvrir Saint-Malo, nous commencerons notre parcours par la presqu’île d’Alet, ancienne cité gallo-romaine et de l’Anse du port Solidor où se trouve la Tour du même nom. Située à l’embouchure de la Rance, sur l’ancienne commune de Saint-Servan, la Tour Solidor est un donjon fortifié. Elle a été construite de 1369 à 1382, sur ordre du duc Jean IV de Bretagne, pour contrôler l’entrée de l’estuaire de la Rance et Saint-Malo. Depuis le chemin de ronde, elle offre un magnifique panorama sur l’estuaire qui abrite l’usine marémotrice de la Rance et sur la ville. Elle accueille aujourd’hui le Musée International du long cours Cap-Hornier. Les Malouins, ont été les premiers découvreurs français à franchir le redoutable Cap Horn à la fin du 17e.
C’est à partir du parcours du fort de la Cité d’Alet qui offre le plus beau point de vue d’ensemble sur la baie que nous découvrirons un des profils de la ville de Saint-Malo et les forts au large de Saint-Malo. Le Petit Bé est l’un des ouvrages les plus remarquables, par sa situation parmi les forts des îlots de la baie qui sont aussi le fort National, le fort Harbour et le plus au large, le fort de la Conchée. On y voit également l’île de Cézembre, la plus importante des îles de la baie de Saint-Malo.

 

Saint-Servan - montage
Saint-Malo, l’Anse solidor, la tour solidor du XIVe siècle et le port de plaisance des Bas-Sablons – Cité d’Alet/ST Servan © photos : Évelyne Ollivier-Lorphelin

 

  

Nous découvrirons le profil d’une des façades de Saint-Malo par la promenade du fort de la Cité d’Alet (photo 2). La première est prise de Dinard.

photo vue d'ensemble de ST Malo - vue de Dinard
Vue panoramique de ST Malo – © photo : Jean-Pierre Lorphelin
Vue de la cité d'alet sur Saint-Malo
Saint-Malo Intra-Muros – Octobre 2015

Détruite à 80 % en 1944 à la fin de la seconde guerre mondiale, la ville Intra-Muros de Saint-Malo conserve 78 maisons et immeubles datables des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. La reconstruction s’est faite sous l’impulsion de Guy La Chambre son maire et ancien ministre d’État, de ses habitants, du ministère de la Reconstruction et grâce à des dons venus du Québec, sur une période de douze ans (1948-1960).

Au cours des siècles, la ville ancienne a évolué. En 1636, Dubuisson-Aubenay décrit la ville « extrêmement pressée et habitée, et presque toute de vieilles maisons de bois à pignons tout secs », avec « toutefois quelques maisons nouvelles, bâties tout droit à plomb de pierre de Chozay ». La densité de l’habitat de bois est alors importante. En 1661, lors de  » la grande brûlerie « , 287 de ces maisons de bois disparaissent, en 1781 il y en a encore près de 148 « fort anciennes et bâties de bois ».  Il faut préciser qu’à Saint-Malo existait en 1694 une « communauté des architectes tant de vaisseaux que de maisons ». On doit sans doute encore à la construction navale la formule du « ballet », cette galerie vitrée en porte à faux que l’on peut voir encore sur quelques façades de rares maisons dans l’actuel Saint-Malo. 

Avec la prospérité due au commerce maritime, ce mode de construction bois va  progressivement être remplacé par des constructions principalement en moellons de granit. Dans son enceinte médiévale du XIIe, du début du règne de Henri IV à la fin de celui du règne de Louis XIV, la ville double de population. La ville construit de nouvelles maisons de pierre et grimpe en hauteur sous la pression démographique mais  la permanence du parcellaire médiéval survit à l’incendie.  

Premier port de commerce du royaume, Saint-Malo devient autour de 1690 une place de guerre de premier rang. Vauban y séjourne pour la première fois au printemps 1689, les négociants/armateurs sont particulièrement attachés à leur ville et refusent de la quitter. Arrive alors avec Simon de Garangeau, architecte et ingénieur du roi, le temps des ingénieurs. Ils vont engager les accroissements successifs et construire la ville classique. Les hôtels particuliers sont alors bâtis. Ces hôtels sont d’une « rigueur toute militaire ». Leur beauté tient à la qualité de l’appareil en granit de Chaussey et à sa couleur, à l’homogénéité rythmique des volumes et à leur sobriété, à l’espace et à la lumière des nouveaux quartiers. Ce qui caractérise la ville est alors la modestie et la sévérité d’une architecture en hauteur, en dépit des fortunes colossales, que seuls les vantaux sculptés ou la richesse du décor intérieur trahissent. Cette mutation stylistique des années 1690-1700 est  aussi le temps de la Compagnies des Indes et des premières mondialisations des échanges entre la Chine et la France.  

Après la destruction, que fallait-il faire ? Les urbanistes sont parvenus à ressusciter l’aspect architectural classique de la ville de Saint-Malo construite à nouveau en granit de Chausey, tout en améliorant les conditions de confort et de circulation. Les premiers plans de la reconstruction de Saint-Malo intra-muros sont dus au grand prix de Rome Marc Brillaud de Laujardière. Louis Arretche, grand prix de Rome et architecte reconnu à l’époque qui reprend les esquisses de Brillaud précise : « la réussite de la reconstruction dépend avant tout du profil et de l’aspect des quatre façades maritimes et portuaires de la cité » de Saint-Malo, rare ville française qui peut se découvrir d’un même regard et sur tous les côtés. « Restituer prioritairement les quatre grandes façades de la ville afin de lui donner sa silhouette antérieure et de déterminer le gabarit du vaisseau ». Suivant la volonté de Raymond Cornon, Louis Arretche conserve les profils de la cathédrale et du château, bâtiments qui fixent les lignes maîtresses du volume d’ensemble. À l’intérieur, une plus grande liberté procède à la reconstruction des immeubles. La reconstruction de l’hôpital et de la prison hors les murs libère une grande surface, ce qui permet à Arretche d’élargir les rues. Il instaure des hauteurs d’immeubles avec des étages de 3 à 6 niveaux. Les façades sont construites avec une grande sobriété sans élément somptuaire, en jouant uniquement sur le décrochement des terrasses pour protéger les commerces. Les toitures ont des pentes à 50 et 60 degrés. Le granit de Chausey et l’ardoise sont imposés, sans oublier le béton brut de décoffrage.

Nous visiterons la ville intra-muros dans un second temps afin de voir au plus près ses bâtiments anciens (château, tour Quic-en-groigne, la plus ancienne maison de Saint-Malo du XVe siècle, cours de la Houssaye, la Cathédrale…) et les immeubles de la reconstruction des années 50, sans oublier de faire « le tour des murs » ou des remparts. Ce voyage sur Saint-Malo se terminera par une séance shopping qui  permettra à nos visiteurs chinois d’apprécier les produits malouins.

 

  

La Chine demain, une civilisation écologique ?

L’environnement est devenu un enjeu particulièrement crucial en Chine ces dernières années. Au-delà de ses émissions de gaz à effet de serre, le pays souffre de pollutions de ses fleuves, ses sols et ses eaux souterraines. Les particules fines, dues à la prépondérance du charbon dans la production d’électricité, par exemple rendent l’air quasi irrespirable à Pékin. La pollution est  devenue au fil du temps un problème majeur de santé publique et le gouvernement chinois a commencé à en mesurer le risque pour sa croissance économique. Les entreprises chinoises des énergies renouvelables ont trouvé sur leur marché intérieur de gigantesques débouchés pour des produits de plus en plus élaborés. Le pays est devenu en quelques années le champion incontesté de la croissance verte (panneaux solaires…). La Chine investit désormais en masse dans l’éolien et le solaire, notamment dans l’habitat. Le nouveau plan quinquennal pour 2016-2020 rendu public il y a quelques jours, introduit le concept de « civilisation écologique ». Il prévoit d’accentuer encore l’effort dans ces secteurs au détriment du charbon. Les villages ruraux chinois vont aussi participer à cette révolution verte. Puissent nos exemples autour du développement durable, à Louvigné Communauté et à Langouët leur apporter toutes proportions gardées, des éléments d’inspiration et … nous aider à développer des partenariats avec la Bretagne.

 

Contributeur : Évelyne Ollivier-Lorphelin,
Photo à la une : photographies réalisées à Qufu en septembre 2008 par Évelyne Ollivier-Lorphelin ; Palais de Confucius, calligraphie chinoise 
Photographies : voir mention sous les photographies : Évelyne Ollivier-Lorphelin, Jean-Pierre Lorphelin et Mikaël Laurent de Bruded. Les photographies présentées ne sont pas libres de droit.
Directeur de la publication : Yannick Morin, Président de France Chine International

 

Notes

1 le village de Hongcun dans l’Anhui où a été prise cette photo, est payant ! Des barrières sont installées à l’entrée !
2 « Chevron rapporté à la base d’un versant pour adoucir la pente de l’égout »

 

Sources

Unesco – Anciens villages du sud du Anhui – Xidi et Hongcun
Le monde diplomatique novembre 2015 ;Paysans chinois entre cueillette et Internet ; Au village des Zha 
Louvigné communauté
Bretagne rurale et rurbaine  » Bruded « 
Langouët, une commune écologique bretonne qui innove avec ses habitants

 

Informations journalistes

Un espace presse sera mis à votre disposition le 10 novembre. Vous pourrez disposer de la feuille de route et du conducteur pour vous permettre, si vous souhaitez nous rejoindre, d’avoir les horaires de lieux visités. Des photographies seront réalisées tout au long du parcours. Elles seront mise en ligne, à votre disposition dans le cadre de vos publications, dans l’après-midi du  13 novembre. Sur l’espace presse, vous trouverez également nos coordonnées téléphoniques.

 

Participez à des projets d’avenir franco-chinois
Si vous êtes intéressé par l’approche adoptée par France-Chine-International et si vous souhaitez prendre part à ou lancer un projet, notre bureau se tient à votre disposition.
Contact : contact@france-chine-international.com 

 

Rejoignez-nous sur Facebook 

Le Facebook de France Chine International
Rejoignez France Chine International sur Facebook